•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faire son marché… avec des jetons en bois

Une dame qui achète des légumes tend un jeton au marchand.

Le marché de Spryfield propose aux gens de payer avec des jetons de bois. C'est un moyen de lutter contre l'insécurité alimentaire et de réduire les frais des marchands.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un marché des fermiers à Halifax propose aux consommateurs d'utiliser des jetons en bois plutôt que de l’argent. Ce système vise à donner aux gens qui dépendent habituellement des banques alimentaires une expérience normale au marché.

Des consommateurs au marché des fermiers de Spryfield emploient depuis quelque temps ces jetons d'une valeur de 5 $. Il s’agit tout d’abord d’un moyen de lutter contre l'insécurité alimentaire.

Nous, on reçoit des dons, soit en argent comptant ou en jetons. Puis, tous ces dons-là sont [remis] au Family Resource Institute. C'est eux qui les distribuent à leurs utilisateurs. On a aussi décidé de faire des [collectes] de fonds pour les offrir gratuitement, explique l'instigatrice du programme, Mélissa Boucher-Gilbert.

Une bouteille à demi pleine de jetons sur le comptoir d'un café

Certains consommateurs achètent des jetons, tandis que d'autres les reçoivent d'un organisme de charité.

Photo : Radio-Canada

Ainsi, dans la foule, certains consommateurs utilisent des jetons qu'ils ont achetés tandis que d'autres en ont reçu d'un organisme de charité. Personne n’y voit une différence.

La différence entre les jetons comparativement à aller chercher la boîte de nourriture à Feed Nova Scotia, par exemple, c'est qu'il n'y a pas de stigma attaché aux jetons. Ce sont les mêmes que tout le monde reçoit, qu'ils l'aient acheté avec leur carte de crédit ou qu'ils les aient reçus gratuitement. Donc, il n'y a pas de différence quand ils viennent ici, ils sont les bienvenus, indique Mélissa Boucher-Gilbert.

Les responsables du programme souhaitent que les gens touchés par l'insécurité alimentaire puissent mieux profiter du marché. Les jetons leur permettent d'acheter et de manger ce qu'ils aiment, souligne Mme Boucher-Gilbert.

Mélissa Boucher-Gilbert en entrevue devant les étalages de marchands

Le programme des jetons donne un certain pouvoir d'achat aux bénéficiaires, explique Mélissa Boucher-Gilbert.

Photo : Radio-Canada

Le programme des jetons vise aussi à faciliter les achats dans le cas de consommateurs qui n'ont pas d’argent comptant. Ils peuvent acheter des jetons avec leur carte de crédit ou de débit, par exemple, ce qui évite aux marchands les coûts associés à ces méthodes de paiement. C'est nous qui absorbons les frais, affirme Mme Boucher-Gilbert.

Grâce à ce système, la communauté de Spryfield réussit chaque semaine à redistribuer quelques centaines de dollars à ses membres qui ont faim.

D’après un reportage de Stéphanie Blanchet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Pauvreté