•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éric Salvail face au tribunal pour la première fois

Comparution ce matin d’Éric Salvail, accusé d'agression sexuelle, de harcèlement criminel et de séquestration.  

Photo prise au centre judiciaire Gouin, à Montréal, Québec, Canada.

Sur la photo: (Gauche à droite) Arrivée d’Éric Salvail ce matin. 

Le 30 Sept 2019   2019/09/30

Éric Salvail en cour pour son enquête préliminaire

Photo : Ivanoh Demers

Geneviève Garon

Sans un mot, la tête haute, le complet ajusté, l’allure soignée, l’ancien animateur et producteur Éric Salvail a affronté lundi le tribunal pour la première fois pour répondre aux accusations d’agression sexuelle, de séquestration et de harcèlement qui pèsent contre lui.

La vedette déchue du petit écran, âgée de 50 ans, est arrivée avec son avocat, Me Michel Massicotte, au Centre judiciaire Gouin, à Montréal, pour son enquête préliminaire.

Lors des audiences précédentes, son avocat le représentait en son absence.

Le plaignant, Donald Duguay, 46 ans, a témoigné au sujet des crimes sexuels reprochés à Éric Salvail en 1993 à Montréal.

Une ordonnance de non-publication interdit de rapporter les détails de l’affaire.

Après avoir répondu aux questions de la procureure aux poursuites criminelles et pénales, Amélie Rivard, pendant près d’une heure, M. Duguay s’est soumis au contre-interrogatoire de l’avocat de la défense, Michel Massicotte.

La victime présumée, M. Donald Duguay, au Centre judiciaire Gouin, le 30 septembre 2019.

La victime présumée, M. Donald Duguay, au Centre judiciaire Gouin, le 30 septembre 2019.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Éric Salvail ne conteste pas la citation à procès. Par contre, il entend bien se défendre contre les accusations qui pèsent contre lui.

L’enquête préliminaire, qui pourrait durer trois jours devant le juge Pierre Labelle, permet à Me Massicotte de questionner en profondeur le plaignant et de tester la preuve.

L’écoulement du temps est un fait notable dans cette affaire, qui se serait produite il y a 26 ans, entre le 1er avril 1993 et le 30 novembre 1993.

Éric Salvail a choisi de subir son procès devant juge et jury.

Procès et poursuites

Justice et faits divers