•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les libéraux veulent une enquête sur la carrière d'Andrew Scheer en assurances

M. Scheer au micro, derrière un lutrin.

La question du permis de courtier d'assurance d'Andrew Scheer fait l'objet d'une plainte d'un candidat du Parti libéral auprès de l'autorité des marchés financiers de la Saskatchewan.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

Un candidat libéral demande une enquête sur le droit d'exercice du chef du Parti conservateur, Andrew Scheer, à l'époque où il travaillait dans le secteur des assurances.

Cette demande survient à la suite d’un reportage du Globe and Mail selon lequel le journal n’a trouvé aucune preuve du permis de courtier d'assurances obtenu par Andrew Scheer lorsqu'il travaillait dans ce domaine en Saskatchewan avant son élection à la Chambre des communes, en 2004.

Dans une lettre adressée au surintendant des assurances à l'autorité des marchés financiers de la Saskatchewan ainsi qu’au président du Conseil d’assurances de la province, le candidat libéral Marco Mendicino demande une enquête « immédiate [sur cette affaire] et de prendre les mesures appropriées ».

La lettre énumère plusieurs exemples d'entrevues et de documents publiés par le Parti conservateur où le chef est décrit comme un « courtier d'assurances ».

Le porte-parole conservateur Simon Jefferies rejette ces allégations.

Andrew Scheer avait été accrédité en vertu du programme du Courtier d’assurance accrédité du Canada (CAAC). Il s’affairait à obtenir son permis de courtier, mais il a quitté l’industrie avant de l’obtenir.

Simon Jefferies, porte-parole du Parti conservateur du Canada

Bien qu'il soit difficile de confirmer le statut d'Andrew Scheer dans l'industrie de l'assurance, sa page web le décrit comme un ancien « courtier », ce qu'il a tenu à clarifier samedi.

J’ai bel et bien reçu mon accréditation, [mais] j’ai quitté le bureau avant que le processus d’obtention du permis soit finalisé, précise-t-il.

Cependant, soutient le candidat libéral Marco Mendicino, Andrew Scheer semble avoir publiquement et de manière répétée avoir faussement déclaré qu’il a déjà été courtier d’assurances en Saskatchewan.

La loi sur les assurances de la Saskatchewan

En Saskatchewan, la loi indique qu’une personne doit passer un examen avant de pouvoir travailler en tant que courtier en assurances.

La Loi sur l'assurance de la Saskatchewan stipule que personne ne doit se présenter comme un agent ou un vendeur d’un agent à moins d’être titulaire d’un permis valide aux termes de la loi.

Par ailleurs, toute personne contrevenant à une disposition de la présente Loi est coupable d’une infraction, rappelle le texte législatif.

Selon un employé du Parti conservateur, un jeune vendeur d’assurances comme Andrew Scheer aurait été supervisé par un courtier autorisé.

Il se peut, poursuit-il, que ses fonctions aient été restreintes et qu’il ait agi davantage comme représentant jusqu’à ce que son permis soit délivré.

Andrew Scheer a quitté le secteur des assurances à 24 ans, lorsqu’il a été élu député de la circonscription Regina - Qu’Appelle, lors de l’élection de 2004.

Avec les informations de Elise von Scheel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Élections fédérales