•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick au 19e siècle sous les yeux de son premier photographe

Une photo noire et blanc où on voit des gens en canoë.

Le photographe voyageait avec une chambre noire portative afin d'être en mesure de travailler ses images lorsqu'il était en expédition.

Photo :  CBC / George Taylor

Radio-Canada

George Taylor est l'un des premiers photographes connus du Nouveau-Brunswick. Il a parcouru les endroits les plus reculés afin d'immortaliser la province au début du 19e siècle.

Certaines des plus anciennes photographies de la vie du Nouveau-Brunswick au milieu du XIXe siècle sont maintenant exposées aux Archives provinciales du Nouveau-Brunswick.

L’exposition, intitulée Glass Plate Alchemist, présente près de 900 négatifs en verre créés par George Taylor, photographe basé à Fredericton dans les années 1860.

Un vieil appareil photo.

L'un des appareils photo appartenant à George Taylor est affiché aux Archives provinciales du Nouveau-Brunswick.

Photo :  CBC / George Taylor

Certaines des photos présentées ont été prises alors que George Taylor était en expédition dans la province, souvent en compagnie d'autochtones qu'il aura rencontrés sur sa route.

« Il a été le premier photographe des Maritimes et l'un des tout premiers du Canada à aller dans la brousse », explique l'auteur du livre Slow Second : The Photography of George Thomas Taylor, Ronald Rees.

Trois hommes sur une photo noire et blanc.

Trois hommes, dont deux guides et le frère de George Taylor, se reposent durant une expédition.

Photo :  CBC / George Taylor

Monsieur Rees n'est pas certain des raisons qui ont poussé le photographe à voyager en pleine nature pour prendre ces images inédites.

Il a gardé un journal pour quelques années, mais n'a jamais vraiment expliqué ces choses-là, n'a jamais divulgué grand-chose de personnel , indique l'auteur.

Des expéditions au Nouveau-Brunswick

La façon la plus facile pour George Taylor de découvrir les endroits isolés de la province était de suivre les cours d'eau. Il payait souvent les services des communautés autochtones comme guide lors de ses sorties.

Une chambre noire mobile installée dans la forêt.

George Taylor apportait en expédition une chambre noire mobile, pour être en mesure de développer ses photos sur la route.

Photo :  CBC / George Taylor

Il transportait beaucoup d'équipement avec lui et devait préparer un canoë supplémentaire seulement pour traîner son équipement d'un site à l'autre. Avec lui, de nombreuses caméras d'antan et même une chambre noire portative pour lui permettre de développer ses films sur la route.

Même s'il avait les bras chargés, George Taylor ne s'intéressait qu'à une chose : photographier les endroits les plus reculés du Nouveau-Brunswick. Il aimait débarquer dans des villages comme Hartland et rencontrer les résidents.

Il travaillait avec une configuration assez primaire, mais il a ramené les toutes premières images que nous avons des forêts et de certaines parties rurales du Nouveau-Brunswick

Josh Green, archiviste et co-auteur du livre Slow Second : The Photography of George Thomas Taylor
L'archiviste Josh Green.

L'archiviste Josh Green

Photo :  CBC / Vanessa Vander Valk

Une exposition des photographies de George Taylor est en cours aux Archives provinciales du N.-B., à Fredericton, jusqu'au 4 octobre.

Avec les renseignements de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Photographie