•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

SABSA lance sa campagne de financement

Entrée de la Coopérative de solidarité SABSA.

La clinique sans médecin SABSA est située sur le boulevard Charest Est, à Québec.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Fondation SABSA fait appel à la générosité du public pour financer sa clinique de proximité du quartier St-Roch, qui offre des services à une population vulnérable. Les dons sont nécessaires puisque les subventions du gouvernement restent insuffisantes, selon la présidente de la fondation.

La campagne de financement est donc essentielle pour assurer les services à la clinique. L’objectif cette année est d’amasser 120 000 $.

La campagne de financement se poursuit jusqu’au 28 novembre, avec un spectacle en collaboration avec les Violons du roi.

Subventions insuffisantes

Le gouvernement du Québec avait octroyé 420 000 $ sur trois ans à SABSA cet été, mais les subventions restent insuffisantes, estime la présidente de la fondation Agnès Maltais.

Il y a une grande discussion avec le gouvernement à l’administration pour que les subventions soient d’un niveau normal. Le gouvernement donne 45 % [...] normalement c’est 80 %, illustre l’ancienne députée péquiste. 

La coopérative de solidarité fondée en 2011 repose sur un modèle « unique », souligne Mme Maltais. 

Des infirmières praticiennes spécialisées en première ligne plutôt que des médecins prennent en charge une clientèle vulnérable qui ne fréquente pas le réseau de la santé.

Agnès Maltais en studio

Mme Maltais est à la tête de la Fondation SABSA depuis le printemps dernier

Photo : Radio-Canada / Guillaume Piedboeuf

J’oserais dire que ce n’est pas tout le monde qui voudrait que le modèle se reproduise à travers le Québec. Le modèle lui-même est difficile à reproduire et c’est pour ça que c’est difficile à financer.

Agnès Maltais, présidente, fondation SABSA

SABSA offre environ 3600 consultations par année. Près de 70 % de ses patients ont un problème lié à la santé mentale ou à la toxicomanie, ou sont atteints du VIH ou de l’hépatite C.

L’endroit sert également de clinique de proximité.

Une clinique de plus en plus populaire

Depuis son ouverture, la clientèle de SABSA ne cesse de croître. 

La hausse de la clientèle s’explique notamment par le manque de médecins en basse-ville de Québec, croit Agnès Maltais.

Elle ajoute que l’expertise de la clinique pousse certains intervenants du réseau de la santé à envoyer des patients à SABSA. 

La clinique est vraiment spécialisée dans les gens les plus vulnérables et ils savent comment travailler avec ces gens-là, comment accroître leur santé.

Québec

Santé