•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Louise Imbeault réélue à la tête de la Société nationale de l’Acadie

Louise Imbeault à Saint-Jean, Terre-Neuve-et-Labrador, le 28 septembre 2019.

Photo : Radio-Canada / Marie Isabelle Rochon

Radio-Canada

L'assemblée générale annuelle de la Société nationale de l'Acadie (SNA) se déroulait cette fin de semaine à Saint-Jean, Terre-Neuve-et-Labrador. L’événement s’est conclu avec la réélection de la présidente Louise Imbeault pour un deuxième mandat à la tête de l’organisme.

On a eu deux bonnes années de travail, et il y a pas mal de travail devant nous, alors on va le faire avec la confiance des membres, se réjouissait Mme Imbeault.

Louise Imbeault dresse un portrait positif de cette dernière année, marquée notamment par l'annonce d'un nouveau financement pour la fête nationale de l'Acadie et par le succès de Congrès mondial acadien 2019 dans des communautés de l’Île-du-Prince-Édouard et du sud-est du Nouveau-Brunswick.

La SNA veut continuer à faire des droits linguistiques son cheval de bataille.

Dans le court terme, c'est sûr qu'on veut voir la loi sur les langues officielles être modernisée, on veut que ça devienne un sujet de la campagne électorale. (...) C’est pas un sujet neuf, mais c'est une sujet tellement important pour la communauté acadienne, dit Louise Imbeault.

La SNA souhaite une loi qui réalise mieux les objectifs qu'elle est censée poursuivre afin que tous les ministères, toutes les institutions fédérales soient capables de donner les services dans les deux langues et qu'on puisse transiger avec nos gouvernements dans les deux langues, c'est-à-dire dans la langue de notre choix, dit Mme Imbeault.

Le rayonnement de la culture acadienne et l'accueil et l'intégration des immigrants en Acadie fait partie des objectifs à long terme de l'organisme, poursuit la présidente.

Étudier en français à Terre-Neuve-et-Labrador

À l’assemblée générale annuelle, les enjeux reliés à la francophonie de Terre-Neuve-et-Labrador ont aussi été soulignés lors d'un panel de discussion, samedi après-midi.

Ali Chaisson à Saint-Jean, T.-N.-L., le 28 septembre 2019.

Ali Chaisson, directeur général de la Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Marie Isabelle Rochon

Les besoins d'investissements en éducation dans la province sont criants comme l'a souligné le directeur général de la Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick, Ali Chaisson. 

On pensait qu'à moment donné ce serait fini, ça, cette quête de la langue et de l'éducation, dit M. Chaisson. 

En 2019, on est encore là, on doit encore se battre pour avoir des écoles décentes pour nos élèves, lance-t-il.

Jessie Lawrence.

Jessie Lawrence.

Photo : Radio-Canada / Marie Isabelle Rochon

La journée sous le thème des droits linguistiques a permis de riches échanges entre les représentants des organismes francophones des quatre coins de l'Atlantique. 

Nous avons de la difficulté à avoir accès aux écoles francophones, a mentionné samedi Jessie Lawrence, de l'organisme Franco-Jeunes de Terre-Neuve et du Labrador, aux membres de la SNA.

J’adore Terre-Neuve, mais en même temps, si je veux étudier en français, je dois quitter. C’est un choix difficile, a déploré Jessie Lawrence. J'aimerais qu'on continue d'être une communauté, j'espère qu'on continuera d'agrandir notre communauté, j'espère qu'on continuera d'être fiers de nous-mêmes, fiers de nos accents et fiers d'être ici.

D’après le reportage de Marie Isabelle Rochon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Terre-Neuve-et-Labrador

Francophonie