•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une victoire pour les parents qui ont réussi à rétablir l’équipe de Timbits francophone

Le hockey « timbits » à l'Aréna Notre-Dame dans le quartier de Saint-Boniface à Winnipeg.

Le hockey « timbits » à l'Aréna Notre-Dame dans le quartier de Saint-Boniface à Winnipeg.

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les enfants de l'équipe de hockey Timbits à Winnipeg qui souhaitent recevoir un enseignement en français seront jumelés avec un entraîneur francophone. Après une période de polémique, l'Association de hockey mineur de Saint-Boniface est revenue sur sa décision de mettre fin à l'équipe de hockey Timbits francophone.

Les parents ont reçu la nouvelle par courriel à quelques heures du début des entraînements pour les premiers matchs de niveau Timbits à Saint-Boniface samedi.

On apprécie énormément que l’Association ait tenu compte de notre préoccupation et comprend que conserver la langue maternelle de l’enfant est un aspect très important, dit Liliane Jègues, la mère d'un des joueurs de niveau Timbit.

Dans son courriel envoyé aux parents, l’entraîneur Sylvain Foidart indique avoir « passé en revue et finalisé tous les groupes tout en maintenant des équipes équilibrées et en suivant les directives de formation de l’équipe ».

Étant le seul entraîneur bilingue, Sylvain Foidart sera responsable d'un petit groupe d’enfants qui ne parlent ni ne comprennent l’anglais.

Liliane Jègues photographiée dans un aréna.

Liliane Jègues, la mère d'un des joueurs de niveau Timbit

Photo : Radio-Canada

Depuis plus de 10 ans, les enfants de 5 et 6 ans sont jumelés avec un entraîneur francophone. Cette année, l’Association de hockey mineur de Saint-Boniface avait informé les parents qu’elle allait désormais organiser les équipes selon des critères comme l’habileté, l’âge et la famille, sans considération de langue.

Une décision qui avait offusqué des parents qui ont lancé une pétition demandant que les jeunes joueurs francophones aient une équipe.

« Nous avons eu un appui incroyable de la communauté et de tous les parents, dit Chantal LaFrenière. On a recueilli plus de 800 signatures au bout d’une semaine. »

Elle explique que de nombreuses personnes qui ont signé la pétition étaient déçues qu’il faille se battre en 2019 pour avoir une équipe francophone.

C’était un manque de compréhension de la part de l'Association de hockey mineur, dit Mme Jègues. Avec la pétition et tout le soutien de la communauté, ils ont compris que notre demande était raisonnable.

L’Association de hockey mineur de Saint-Boniface se réjouit également de la satisfaction des parents. Dans le courriel envoyé aux parents, elle affirme vouloir que chaque jeune se sente en sécurité, puisse comprendre et communiquer avec ses entraîneurs et s’amuser avant tout.

Besoin d’une garantie pour l’avenir

Une femme vêtue de noir debout devant une patinoire

Chantal LaFrenière a un enfant dans l’équipe des Timbits, un enfant plus grand dans une autre équipe et un enfant de trois ans qu’elle aimerait voir intégrer l’équipe des Timbits l’année prochaine ou l’année d’après.

Photo : Radio-Canada / Laïssa Pamou

Selon Chantal LaFrenière, l’entraîneur Sylvain Foidart avec lequel les jeunes travailleront cette année est excellent, les enfants l’aiment et semblent épanouis dans son groupe.

Sylvain Foidart a entraîné l’équipe des Timbits francophone l’année dernière.

Mais, bien que Mme LaFrenière soit heureuse de voir un de ses enfants dans une équipe francophone cette année, elle ne cache pas ses inquiétudes pour l’avenir.

Chantal LaFrenière a un enfant dans l’équipe des Timbits, un enfant plus grand dans une autre équipe et un enfant de 3 ans qu’elle aimerait voir intégrer l’équipe des Timbits l’année prochaine ou l’année d’après.

Elle affirme qu’elle aimerait rencontrer l’Association afin de discuter des mesures qui peuvent être prises pour garantir l’existence d’une équipe francophone. Je ne sais pas quels sont les plans de l’Association pour le futur , dit-elle.

Liliane Jègues précise que les membres du conseil d’administration de l’Association de hockey mineur de Saint-Boniface ont assuré qu’ils seraient disponibles pour rencontrer les parents à la mi-octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !