•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Climat : voici comment le Québec peut réussir

Il est possible d'atteindre les cibles de réduction des GES pour 2030 et 2050. Le gouvernement en a la preuve entre les mains depuis l'été.

La centrale Manic-5, la centrale Manic-5-PA et le barrage Daniel-Johnson font parties du vaste complexe Manic aux outardes.

Le Québec aura besoin d'autres barrages pour augmenter sa production d'hydroélectricité, selon un rapport. Ici, le complexe Manic-Outardes.

Photo : Hydro-Québec

Thomas Gerbet

Les technologies seront la clé de la réussite, mais elles ne seront pas suffisantes pour atteindre les cibles de réduction des GES, conclut un rapport commandé par le ministère de l'Environnement du Québec. D'autres changements radicaux seront nécessaires pour y parvenir.

Le rapport de la firme Dunsky, intitulé Trajectoires de réduction d’émissions de GES du Québec – Horizons 2030 et 2050, est devenu une référence pour le gouvernement Legault. Il l'a même cité devant des grands émetteurs industriels de CO2, informés en privé de ses ambitions, plus tôt ce mois-ci.

Le document expose les mesures à mettre en place pour atteindre les cibles de réduction des gaz à effet de serre pour 2030 (-37,5 %) et 2050 (-80 %).

Dunsky est une firme montréalaise spécialisée en énergie qui offre des conseils stratégiques dans les domaines de l'efficacité énergétique, des énergies renouvelables et de la mobilité durable.

Le rapport conclut que la technologie seule permettrait d'atteindre la cible de 2030, mais elle ne serait pas suffisante pour viser la cible de 2050. Il faudrait en plus modifier notre façon de consommer, de manger, de nous déplacer et de construire nos villes.

Pour que ces changements aient lieu, des mesures économiques et réglementaires vigoureuses seront nécessaires.

Extrait du rapport de la firme Dunsky

Accélérer le passage aux technologies sobres en carbone

Un camion de livraison électrique dans les rues de Montréal.

Un camion de livraison électrique dans les rues de Montréal.

Photo : Courant Plus

Le rapport mentionne qu'il existe dans chacun des secteurs économiques des solutions de rechange technologiques pour émettre moins de CO2.

Une stratégie de réduction axée sur le remplacement de technologies [par exemple des véhicules électriques à la place des véhicules à essence] pourrait permettre d’accomplir la majeure partie des objectifs de réduction, peut-on lire.

Potentiel de réduction des GES associé au déploiement des technologies d'ici 2030

Le graphique doit se lire ainsi : le potentiel de réduction des GES est de 34% d'ici 2030 pour le secteur des industries, en utilisant uniquement les technologies comme source de changement.

Le graphique doit se lire ainsi : le potentiel de réduction des GES est de 34% d'ici 2030 pour le secteur des industries, en utilisant uniquement les technologies comme source de changement.

Photo : Dunsky/MELCC

Les auteurs du rapport ont tenu compte des technologies connues à ce jour. Ils mentionnent que d'autres encore plus efficaces pourraient apparaître et faciliter le travail.

On note que les déchets pourraient être traités de façon à pratiquement éliminer leurs émissions par « compostage généralisé, captage du méthane au site d’enfouissement et valorisation énergétique ».

Comme les véhicules, les bâtiments chauffés au gaz et au mazout pourraient eux aussi adopter un système de chauffage électrique ou se tourner vers la bioénergie, comme la biomasse.

D'un point de vue strictement technologique, il semble tout à fait possible d’atteindre la cible de 2030.

Extrait du rapport de la firme Dunsky

Toutefois, conclut le rapport, « le recours aux technologies ne suffit pas à lui seul à atteindre l’objectif à plus long terme », celui de 2050.

Potentiel de réduction des GES associé au déploiement des technologies d'ici 2050

Le graphique doit se lire ainsi : le potentiel de réduction des GES est de 95% d'ici 2050 pour le secteur des transports, en utilisant uniquement les technologies comme source de changement.

Le graphique doit se lire ainsi : le potentiel de réduction des GES est de 95% d'ici 2050 pour le secteur des transports, en utilisant uniquement les technologies comme source de changement.

Photo : Dunsky/MELCC

Les réductions dans les transports sont parmi les plus coûteuses, constatent les auteurs du rapport, mais sont probablement celles qui procurent les bénéfices les plus importants. Avec une électrification massive, on anticipe un potentiel de réduction des GES de 95 % dans ce secteur.

En revanche, deux secteurs auraient plus de mal à réduire leurs émissions de façon significative à l'horizon 2050 avec seulement l'aide technologique.

  • Les industries, aujourd’hui deuxième plus gros émetteur après les transports, atteindraient un plafond à 61 % de réduction des émissions de GES en raison des émissions inhérentes à leurs procédés de fabrication.
  • L’agriculture représente seulement 10 % des émissions actuellement, mais son potentiel de réduction serait limité à 35 % à l’horizon 2050. La majorité de ses émissions provient de l’utilisation d’engrais, de la gestion du fumier ou encore des animaux destinés à la consommation alimentaire.

Réduire la demande dans plusieurs domaines

Les banlieues s'étalent de plus en plus, comme le montre cette photo aérienne de Montréal et ses environs.

Les banlieues poussent de plus en plus au Québec, menaçant ainsi certaines terres agricoles.

Photo : iStock

Les objectifs du Québec 2050 sont atteignables, peut-on lire dans le rapport, à la condition de miser, non seulement sur les technologies, mais également sur la réduction des demandes anticipées découlant de tendances actuelles et de politiques publiques.

Les auteurs du rapport citent « les demandes en énergie », mais aussi un nécessaire examen des choix qui influencent nos façons de consommer, de se déplacer, de construire nos villes ou encore de nous alimenter.

Quelques exemples de solutions proposées :

  • Densification des villes
  • Davantage de transport en commun, transports actifs, covoiturage
  • Transfert du camion vers le train pour le transport des marchandises
  • Diminution du gaspillage alimentaire
  • Diversification des sources de protéines
  • Économie circulaire dans l'industrie

En plus d’amener des réductions additionnelles, la réduction des demandes permettra non seulement de diminuer le coût de la transition vers les technologies sobres en carbone, mais également le risque de manquer nos objectifs si l’on se repose uniquement sur les technologies.

Extrait du rapport de la firme Dunsky

Dans le cas où la technologie et la baisse de la demande ne suffiraient pas à attendre les cibles, le rapport propose l'achat de crédits carbone sur le marché mondial, précisant que cette option est risquée, car le prix et la rareté des crédits de carbone pourraient augmenter significativement dans le temps.

Une dernière solution complémentaire consisterait à miser sur la captation et la séquestration du carbone restant. Il s'agirait en quelque sorte d'une « police d'assurance » en cas d'échec des autres mesures.

Coûts et bénéfices des changements

Les auteurs du rapport calculent que les changements technologiques coûteraient à eux seuls 1,7 milliard de dollars par année d'ici 2030.

Seule une partie de ces coûts serait assumée par le gouvernement du Québec, estiment-ils. Le reste sera absorbé par les industries, entreprises et ménages sur le territoire du Québec.

Des bénéfices pourraient toutefois en être tirés. Le rapport parle de la création ou du maintien de 25 000 emplois et d'une croissance du produit intérieur brut (PIB) grâce aux technologies vertes que le Québec pourrait même exporter s'il les développe lui-même.

Des besoins supplémentaires en électricité

Graphique illustrant la production d'électricité supplémentaire qui serait requise pour atteindre les cibles, selon le rapport.

Graphique illustrant la production d'électricité supplémentaire qui serait requise pour atteindre les cibles, selon le rapport.

Photo : Dunsky/MELCC

Le rapport conclut que le Québec aura besoin de 125 à 185 térawatt/heure (TWh) de plus à l’horizon 2050.

L’ajout de nouveaux barrages, parcs éoliens ou panneaux solaires pourrait soulever des enjeux d’acceptabilité sociale.

Extrait du rapport de la firme Dunsky

Selon les auteurs, la province peut arriver à mener à bien cette électrification massive. Ils citent en exemple la conversion de la majorité du chauffage résidentiel à l’électricité dans les années 1980.

Le gouvernement Legault dévoilera en janvier 2020 son Plan d'électrification et de changements climatiques et les moyens proposés pour atteindre les cibles.

Il sera intéressant de comparer ce plan avec le présent rapport, de voir ce que le gouvernement aura retenu – ou non – des propositions qu'il contient.

L’ampleur du défi à surmonter [...] ne laisse pas la possibilité d’écarter quelque option que ce soit, écrit la firme Dunsky. Advenant que le Québec tarde à infléchir la tendance actuelle, l’effort sera encore plus grand et le temps pour y arriver plus court. Le changement de cap sera donc encore plus difficile à opérer et les coûts pour s’y rendre inévitablement plus grands.

Politique provinciale

Environnement