•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un policier s'est enlevé la vie au quartier général du Service de police d'Ottawa

Le quartier général du Service de police d'Ottawa.

Le quartier général du Service de police d'Ottawa. (archives)

Photo : Dereck Doherty

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Service de police d'Ottawa (SPO) est en deuil à la suite de la mort d'un policier, vendredi soir. Le détective Thomas Roberts, de l'Unité des vols qualifiés du SPO, s'est suicidé vers 18 h dans l’édifice du quartier général de la police, sur la rue Elgin.

Thomas était un officier très respecté, dans ce service de police et dans la communauté, a affirmé le chef de police par intérim d'Ottawa, Steve Bell.

Il était considéré par ses anciens coéquipiers comme un agent charismatique, énergique, connu pour son travail acharné sur la route, aidant les gens à résoudre les problèmes qui se posent à eux, et était connu pour être un grand enquêteur et un excellent détective dans l'unité des vols.

Photo d'un policier qui regarde la caméra.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'agent Thomas Roberts était âgé de 35 ans. Il laisse dans le deuil sa femme et un enfant de 9 mois.

Photo : Service de police d'Ottawa

Thomas Roberts, âgé de 35 ans, a débuté son parcours au sein du SPO en 2016 après avoir travaillé pour la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Il a d'abord œuvré en tant que patrouilleur avant de rejoindre l'Unité des vols qualifiés il y a 18 mois.

Besoin d'aide pour vous ou un proche?

  • Association québécoise de prévention du suicide : 1-866-APPELLE (1-866-277-3553)
  • Tel-Aide Outaouais : 613-741-6433
  • Ligne de crise en santé mentale d'Ottawa : 613-722-6914

Il laisse dans le deuil sa femme et un enfant de 9 mois.

Le SPO offrira du soutien aux proches et aux policiers.

Tous les jours, nous envoyons des membres s’occuper de tragédies humaines. Cela pèse sur le moral de nos policiers. Nous devons fournir tout le soutien possible pour nous assurer que nous avons les moyens d'aller leur parler et de les aider à faire face à certains de ces incidents qui sont réellement traumatisants.

Une citation de :Steve Bell, chef par intérim du Service de police d'Ottawa

Au cours des dernières années, le SPO a mis en place un programme de soutien par les pairs, a développé un programme de bien-être et a fait appel à des psychologues pour aider ses membres.

Un incident comme celui-ci montre que nous avons encore du travail à faire, affirme Steve Bell. Nous devons nous assurer non seulement de disposer des bons programmes, mais également de veiller à ce que les membres y aient accès et qu'ils savent que cela n'aura pas d’impact sur leur emploi. Nous avons encore du travail à faire dans ce domaine.

Des drapeaux en berne devant le poste de police.

Les drapeaux sont en berne devant le poste de police de la rue Elgin à la suite du décès de Thomas Roberts.

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

Peter Sloly, qui deviendra le nouveau chef de police d'Ottawa à la fin du mois, a transmis ses condoléances à la famille et aux membres du SPO par le biais de son compte Twitter.

Il y a 5 ans, le 28 septembre 2014, un autre policier, le sergent d'état-major Kal Ghadban, s'était aussi suicidé au quartier général de la police d’Ottawa.

Cette mort survient alors que des policiers de partout au pays se rassemblent à Ottawa, cette fin de semaine, pour souligner le Jour commémoratif national des policiers et des agents de la paix.

La gendarme détective pour le Service de police du Grand Sudbury (SPGS), Stéphanie Duschesne, a profité de son passage dans la région pour réagir à cette tragédie.

Évidemment, c'est triste pour tout le monde. On est ici pour supporter les familles et nous [leur] donnons nos sincères sympathies, se désole-t-elle.

Une enquête du coroner en chef de l'Ontario est en cours pour examiner la hausse importante de suicides de policiers survenue en 2018 et son rapport devrait être publié sous peu, selon le Bureau du coroner en chef de l'Ontario.

L'an dernier, la Police provinciale de l'Ontario (PPO) a également annoncé le déclenchement d'une enquête interne en plus de revoir son système de soutien en santé mentale à la suite du suicide de trois de ses agents.

Avec les informations de Yasmine Mehdi

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.