•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éducation francophone : où va l'argent d'Ottawa?

Des fournitures scolaires.

En 10 ans, Ottawa a versé environ 4,5 milliards de dollars pour les minorités linguistiques, dont plus de la moitié en éducation.

Photo : Radio-Canada

Mirna Djukic

L’éducation engloutit chaque année plus de la moitié du budget d’Ottawa pour soutenir les communautés linguistiques minoritaires. Pourtant, les écoles francophones de l’Ouest se demandent depuis des années où va cet argent. Un nouveau protocole d’entente signé en septembre promet de leur donner enfin des réponses.

Pour Émilie Mc Donald-Légère, il n’a jamais été question d’envoyer ses enfants ailleurs qu’à l’école francophone.

C’est ce qu’on est, c’est ce qu’ils sont, c’est leur culture et leurs racines , dit-elle.

Elle était ravie quand l’École Saint-Vital a ouvert ses portes dans la petite ville albertaine de Beaumont, en 2014. Obtenir des locaux temporaires dans quelques maisonnettes séparées, sans gymnase ni cour convenable, semblait alors un compromis tout à fait acceptable.

Trois petites maisons l'une à côté de l'autre, sur un terrain asphalté. Il y a un panier de basket et trois enfants qui courent au loin.

Cinq ans après son ouverture, l'École Saint-Vital compte 116 élèves de la prématernelle jusqu'à la huitième année, mais elle doit toujours se contenter des sept maisonnettes qui lui servent de locaux temporaires.

Photo : Radio-Canada / Hugo Lévesque

Cinq ans plus tard, cependant, une solution permanente se fait toujours attendre.

Chaque fois que les élèves doivent quitter pour un autre cours [....] c’est remettre les bottes, remettre le manteau, sortir dehors, changer de classe, se déshabiller, raconte-t-elle.

Malgré toute la bonne volonté du personnel, elle remarque que c’est difficile de mettre en place une vie parascolaire, quand il n’y a même pas d’espace pour rassembler les élèves ni de gymnase pour accueillir une équipe.

Non loin de là, à Edmonton, l’École Claudette-et-Denis-Tardif a récemment dû fermer sa bibliothèque parce qu’elle manquait de place dans ses locaux temporaires.

Le manque de ressources en éducation semble être un problème perpétuel pour les francophones de l'Ouest.

Depuis cinq ans, Ottawa a pourtant versé plus de 1 milliard de dollars aux provinces et aux territoires pour les aider à bonifier l’éducation dans la langue minoritaire. Où est passé cet argent?

Ni les écoles ni les conseils scolaires ne semblent avoir la réponse.

On a dit au fédéral : "Vous envoyez de l’argent aux provinces, mais on ne sait même pas combien est envoyé à notre province." , raconte Louis Arseneault, qui représente l'Alberta au sein de la Fédération nationale des conseils scolaires francophones.

Sur la trace des transferts fédéraux

Chaque province ou territoire doit normalement payer de sa poche le financement de base et les infrastructures des écoles publiques, qu’elles soient anglophones ou francophones.

L’argent du programme fédéral doit servir à améliorer la qualité de ses milieux éducatifs pour la minorité linguistique, par exemple en augmentant le soutien aux élèves, ses bourses ou ses activités parascolaires.

La province doit promettre d’investir un montant égal aux investissements fédéraux pour les mêmes objectifs.

Toutefois, quand les conseils scolaires reçoivent leur financement annuel, ils ne savent pas nécessairement d’où vient l’argent, ni si la province respecte ses promesses.

C’est un problème qui semble récurrent pour les transferts fédéraux en général, selon le président de l’Association communautaire fransaskoise, Denis Simard.

L’argent, quand il est à Ottawa, [c'est avec] des obligations linguistiques, mais du moment qu’il passe dans les frontières de la Saskatchewan, les obligations linguistiques disparaissent , remarquait-il en marge de la rentrée culturelle de Radio-Canada à Moose Jaw.

Les appels à la transparence se sont succédé pendant des années. Ottawa demande maintenant aux provinces de mieux informer le public sur la façon dont elles utilisent l’argent.

La plupart d’entre elles ont d’ailleurs publié sur Internet le contenu de leur dernière entente avec le fédéral.

Les provinces de l’Ouest et le Yukon récoltent ensemble quelque 52 millions de dollars par an.

La Colombie-Britannique, l’Alberta et la Saskatchewan dépensent toutefois beaucoup plus pour les écoles d’immersion et les cours de français langue seconde que pour les écoles francophones.

C’est également le cas de Terre-Neuve-et-Labrador, mais c’est l’inverse dans tout le reste du pays.

Le niveau de transparence sur la distribution des fonds varie d’une province à l’autre.

L’Alberta n’a toujours pas publié sa dernière entente avec le gouvernement fédéral. Radio-Canada s’est adressée au ministère de l’Éducation à plusieurs reprises au cours des dernières semaines pour obtenir l’entente ou des détails sur la répartition des fonds, mais sans succès. Une copie de l'entente a finalement été obtenue de Patrimoine Canada après une demande à Ottawa.

Louis Arseneault affirme néanmoins avoir vu des signes encourageants de la part du gouvernement. La province a permis aux conseils scolaires de jeter un coup d’oeil sur les fonds alloués l’an dernier.

Des négociations ont même été entamées en vue de dépenser une plus grande partie des transferts fédéraux dans les écoles francophones.

Des zones d’ombre demeurent, certes, mais Ottawa promet de les éclaircir bientôt.

Enfin cartes sur table?

Le nouveau protocole d’entente, qui déterminera les transferts fédéraux jusqu’en 2023 a été signé au début du mois de septembre. Les négociations ont été plus longues que prévu, mais elles en ont valu la peine.

Pour la première fois, les conseils scolaires et les autres intervenants du milieu de l’éducation auront leur mot à dire sur la répartition des fonds.

Il va y avoir une consultation, il va y avoir de la transparence et ça, c’est exactement ce qu’on voulait , se réjouit Louis Arseneault.

Louis Arseneault parle à la caméra. Il est dehors, devant une école primaire. Un drapeau franco-albertain et un drapeau canadien sont derrière lui.

Les conseils scolaires francophones luttent depuis des années pour comprendre comment les transferts fédéraux pour l'éducation francophone sont dépensés en Alberta, explique Louis Arseneault.

Photo : Radio-Canada / Vincent Bonnay

Le protocole prévoit aussi un financement additionnel de 15 millions de dollars par année.

Le Plan d’action pour les langues officielles mis en place l’an dernier a par ailleurs promis 28 millions de dollars de plus sur cinq ans pour des infrastructures scolaires et communautaires ainsi que 31 millions pour le recrutement d’enseignants dans les écoles minoritaires.

Le financement additionnel est toujours le bienvenu, convient le directeur de la Commission nationale des parents francophones, Jean-Luc Racine, mais rien ne le rassure autant que la promesse de rendre des comptes.

On va savoir exactement où va l’argent , dit-il avec force.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Éducation

Société