•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Climat : une publicité de l’Université de l’Alberta jugée « irresponsable »

Un panneau publicitaire de l'Université de l'Alberta à l'ouest d'Edmonton avec écrit en gros « Beefier barley », de l'orge costaude comme un boeuf.

Cette annonce se trouve sur 2 panneaux publicitaires à Edmonton et deux autres à Calgary.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Afin de promouvoir une étude sur l’effet du changement climatique sur la production d’orge en Alberta, l’Université de l’Alberta a déployé quatre panneaux publicitaires à Calgary et Edmonton. Une communication critiquée par plusieurs universitaires.

Ce lundi, Antonio Guterres, secrétaire général des Nations unies, a convoqué les décideurs politiques à New York pour leur demander d’accroître leurs efforts dans la lutte contre les changements climatiques. Au même moment, des internautes ont fait remarquer sur le site Reddit (Nouvelle fenêtre) l’existence d’un panneau publicitaire dans l’ouest d’Edmonton.

On peut y lire De l’orge plus costaude, en gros, et en dessous Le changement climatique va augmenter la production d'orge en l'Alberta qui utiliseront moins d'eau et nourriront davantage de bovins.

Selon le service de presse de l’Université de l’Alberta, deux panneaux se trouvent à Calgary et deux autres sont à Edmonton. « Cela fait partie de la campagne publicitaire (Nouvelle fenêtre)La vérité compte qui existe depuis l’automne 2018. Elle met en lumière plusieurs études menées par l’Université de l’Alberta sur de nombreux sujets comme le transfert d’organe, l’intelligence artificielle, la santé infantile ou encore les énergies renouvelables. 

« Irresponsable »

Une opération de communication qui dérange Kai Chan, professeur à l'Institut des ressources, de l'environnement et de la durabilité de l'Université de la Colombie-Britannique.

Cela envoie comme message que le changement climatique n’est pas si mauvais que ça. C’est très troublant. C’est assez irresponsable de leur part. J’aurais honte si mon université faisait cela.

Le problème, c’est qu’il n’y a rien pour contrebalancer ce point de vue. Quelle pertinence à ce propos sachant qu’il y a tant d’effets néfastes au changement climatique?

Une citation de :Kai Chan, professeur, l'UBC

Un avis partagé par Laurie Adkin, professeure de sciences politiques à l'Université de l'Alberta. C'est un dommage incalculable à notre réputation scientifique et notre éthique, écrit-elle sur Twitter le 26 septembre. C'est une insulte à votre propre faculté et aux étudiants qui travaillent sur la crise climatique. Comment allez-vous réparer ces dégâts?, demande-t-elle à son administration.

L'effet positif

L’étude en question, publiée en 2017, a été conduite par la scientifique Monireh Faramarzi de l’Université de l’Alberta. Selon 9 différents modèles de changement climatique et 18  scénarios futurs possibles, elle indique, notamment, que la hausse future des températures et la hausse de l’humidité dans le nord de la province auront un effet positif sur les récoltes d’orge et sur l’industrie du boeuf, libérant ainsi de l'eau pouvant être utilisée à d'autres fins.

Ces panneaux doivent rester affichés jusqu’au début octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !