•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Bella Desgagnés reprend du service, après six jours d'arrêt

Le Bella Desgagnés au quai de Blanc-Sablon.

Le Bella Desgagnés au quai de Blanc-Sablon

Photo : Radio-Canada

Le navire Bella Desgagnés, qui ravitaille en denrées et en matériel la Moyenne et la Basse-Côte-Nord, a repris du service samedi matin. L'arrêt de la desserte, qui a duré six jours, a causé bien des maux de tête.

Le Bella Desgagnés, opéré par Relais Nordik, était à quai à Sept-Îles depuis dimanche en raison d'un problème sur l'un de ses propulseurs.

Selon le site web du Groupe Desgagnés, le navire est attendu à 11 h à Port-Menier. Il poursuivra ensuite sa route vers Rimouski. Le Bella Desgagnés devrait reprendre son horaire normal lundi avec un départ en soirée vers la Côte-Nord.

Les communautés de la Basse-Côte-Nord devront patienter jusqu'au milieu de la semaine pour être approvisionnées, si tout se passe comme prévu. Le Bella Desgagnés est attendu à Kegaska mercredi, avant de se rendre dans les communautés plus à l'Est, pour atteindre vendredi Blanc-Sablon.

Il s’agira d’une double livraison de denrées : à la fois la cargaison de la semaine dernière et celle de cette semaine.

Le président-directeur général de Relais Nordik, Francis Roy, explique que la compagnie a opté pour cette solution pour minimiser la dégradation des aliments périssables de ces cargaisons.

La Basse-Côte-Nord manque de nourriture fraîche

Les avaries mécaniques du Bella Desgagnés ont causé d’importants problèmes d’approvisionnement en nourriture en Basse-Côte-Nord. Le préfet de la MRC, Randy Jones, décriait plus tôt cette semaine le manque de denrées fraîches.

Il n’y a plus de fruits et de légumes à acheter. Les restaurants –j’ai eu un appel ce matin–, ils n’ont plus rien, a déploré vendredi Randy Jones, le préfet de la MRC du Golfe-du-Saint-Laurent.

Randy Jones s'est montré exaspéré, mentionnant d’autres épisodes similaires cet été. La situation est particulièrement difficile alors que la saison de la construction est toujours en cours et que les visiteurs sont nombreux en Basse-Côte-Nord.

C’est le temps de la construction, les restaurants sont pleins, les gîtes et les hôtels aussi. C’est normal que ces gens aient besoin de leurs produits, explique le préfet.

Le maire de Gros-Mécatina, Randy Jones.

Le maire de Gros-Mécatina et préfet de la MRC du Golfe-du-Saint-Laurent, Randy Jones

Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle-Plamondon

Je vois ça arriver dans aucune autre région du Québec sauf en Basse-Côte-Nord, s’exclame M. Jones, qui voit sa région comme le tiers monde de la province de Québec.

De son côté, le président-directeur général de Relais Nordik, Francis Roy, s'est dit désolé et conscient du désarroi que peut vivre la population de la Basse-Côte-Nord.

Le pdg de Relais Nordik, Francis Roy.

Le pdg de Relais Nordik, Francis Roy

Photo : Radio-Canada

Livraison aérienne exigée

Devant le manque d'approvisionnement vécu cette semaine, Randy Jones a demandé que la Société des traversiers du Québec (STQ) organise la livraison de denrées alimentaires par voie aérienne dans les communautés de la Basse-Côte-Nord, comme c’est le cas durant l’hiver.

Ça n’a aucun bon sens, on est en 2019 pour l’amour du ciel. On doit se battre tous les jours, il n’y a jamais de plan B alors que c’est si simple d’utiliser l’avion pour transporter les fruits et légumes, s’exclame-t-il.

Relais Nordik explique toutefois que la livraison par avion n’est pas une solution simple et qu’elle n’est pas non plus idéale pour la conservation des denrées périssables.

La meilleure façon de préserver les aliments est de ne pas briser la chaîne de froid, explique Francis Roy. Selon lui, il est donc souhaitable de garder les aliments dans des conteneurs à température contrôlée, ce qui n’est pas possible s’ils sont acheminés par avion.

La livraison aérienne est aussi un défi logistique de taille considérant que des dizaines de vols seraient nécessaires pour livrer des tonnes de chargement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Transports