•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rapport final de la santé publique : la Fonderie fait des efforts, la députée en veut davantage

Panneau iniduqant l'entrée de la fonderie Horne avec une cheminée de la fonderie derrière.

L'entrée de la fonderie Horne à Rouyn-Noranda.

Photo : Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard

Annie-Claude Luneau
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La direction de la Santé publique de l'Abitibi-Témiscamingue réclame des actions immédiates pour réduire les émissions d'arsenic de la Fonderie Horne. C'est la principale recommandation du rapport final sur l'Étude de biosurveillance auprès des enfants du quartier Notre-Dame présenté aujourd'hui. La Fonderie Horne affirme déjà faire des efforts, mais la députée Émilise Lessard-Therrien ne trouve pas ces efforts suffisants.

Rappelons que les résultats préliminaires de l'étude révélaient la présence de 3,7 fois plus d'arsenic dans les ongles de ces enfants que la normale.

La Fonderie Horne possède une attestation d'assainissement qui lui permet d'émettre jusqu'à 67 fois plus d'arsenic dans l'air que la norme provinciale.

La Direction de la santé publique (DSPu) ne va pas jusqu'à recommander au ministre de l'Environnement d'imposer à la Fonderie d'atteindre le seuil de 3 ng/m3, mais maintient que le statu quo n'est pas acceptable.

Je ne veux pas me faire rassurant, elle n'est pas rassurante la situation. Il faut qu'il y ait une réduction, les concentrations d'arsenic sont trop élevées dans le quartier Notre-Dame, que se soit dans l'air ou dans les sols. Il faut une réduction, immédiate même, affirme le conseiller en santé environnementale à la DSPu Frédéric Bilodeau.

Un homme accorde une entrevue aux journalistes.

Frédéric Bilodeau, auteur du rapport

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

La Fonderie Horne réagit

La Fonderie Horne réitère qu'elle déploie des efforts depuis plusieurs années pour réduire ses émissions d'arsenic dans l'air.

On est en train de plancher sur notre prochain plan d'action. Au niveau de la Fonderie, ce n'est pas instantané, il y a de ingénierie à faire, c'est souvent des projets de longue haleine, a affirmé Pierre-Philippe Dupont, directeur du développement durable à la Fonderie Horne.

La Fonderie rappelle qu'elle finalise présentement deux autres projets, qui à terme pourraient diminuer ses émissions de 15 à 35 %.

Pas assez pour Émilise Lessard-Therrien

Pour la députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue Émilise Lessard-Therrien, ce n'est pas suffisant.

Émilise Lessard-Therrien de Québec Solidaire élue dans la circonscription électorale de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, au micro de l'émission Des matins en or.

Émilise Lessard-Therrien de Québec Solidaire a remporté la circonscription électorale de Rouyn-Noranda-Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Angie Landry

Le ministre de l'Environnement doit obliger la Fonderie à respecter les normes environnementales, selon elle.

Quand on a un doute pour la santé des gens, le principe de précaution doit s'appliquer. Puisque la santé publique nous le dit, on n'a plus de raison d'attendre avant de poser des actions, martèle-t-elle.

La mairesse analyse le tout

La Ville de Rouyn-Noranda, de son côté, souhaite poursuivre le travail de collaboration avec la Fonderie, la santé publique, le ministère de l'Environnement et les citoyens pour trouver des solutions.

Diane Dallaire accorde une entrevue a la caméra dans son bureau.

Diane Dallaire, mairesse de Rouyn-Noranda

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

La mairesse Diane Dallaire étudie présentement les mesures concrètes que la Ville pourrait prendre.

Que ce soit le verdissement, que se soit le balayage des rues, la plantation d'arbres. L'asphaltage de ruelle aussi, on va avoir des discussions avec la Fonderie à ce niveau-là, mais tout ça, que les citoyens sachent bien que la Ville est vraiment active et qu'on va mettre tout en oeuvre pour pouvoir améliorer grandement la situation.

Le ministre de l'Environnement, Benoît Charette, n'était pas disponible pour commenter le rapport en raison de sa participation à la marche sur le climat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !