•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un coup dur porté au projet d'agrandissement du Château Laurier

Le Château Laurier vu depuis les écluses du canal Rideau.

Le nouveau rendu architectural pour l'agrandissement du Château Laurier a été rendu public le 23 mai 2019. (archives)

Photo : Larco Investments LTD

Radio-Canada

Le Comité de dérogation de la Ville d'Ottawa a rejeté vendredi une partie du plan d'agrandissement du Château Laurier, ce qui pourrait forcer le promoteur à retourner à la table à dessin.

La compagnie Larco Investments, propriétaire de l’hôtel, prévoit l’ajout d’un édifice de sept étages à l’arrière du bâtiment.

Tandis que la Ville a approuvé son permis patrimonial, ainsi que ses plans d'ingénierie et l'aménagement paysager, Larco Investments avait besoin de l'aval du Comité de dérogation pour le design.

Composé de cinq résidents, ce comité gère généralement des désaccords mineurs tels que les agrandissements résidentiels ou les séparations de propriétés immobilières.

Une conception en décalage avec l'environnement

La partie de l'annexe qui est au rez-de-chaussée se trouve à 3 mètres de la limite du parc Major's Hill, mais les étages au-dessus, en porte-à-faux, se situent à moins de 39 centimètres de cette limite.

Dans la décision de vendredi, les membres du comité ont rejeté la partie en porte-à-faux du plan, affirmant qu'elle ne s'harmonise pas avec les alentours.

Si les membres du comité approuvaient cette partie du plan, cela permettrait une nouvelle construction qui ne respecte pas le paysage et le caractère patrimonial et historique du secteur, peut-on lire dans la décision.

Le comité n'était pas convaincu non plus que la conception soit compatible avec les règles d'urbanisme de la Ville.

Une « grande victoire »

Le conseiller municipal de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, qui se bat depuis longtemps pour faire changer les plans du projet d'agrandissement de l'hôtel, a qualifié cette décision de « grande victoire ». Il précise que les arguments du comité sont aussi ceux avancés par les opposants au projet.

Le Comité des dérogations a souligné que ce n'est pas une dérogation mineure, c'est une dérogation avec des changements significatifs qui aurait des impacts réels sur un site historique, et puis évidemment, ils ont parlé de la compatibilité. C'est tout ce que la communauté avait souligné depuis plusieurs mois, c'est sur quoi j'avais misé devant la table du conseil, a-t-il fait valoir.

Il espère que ce sera suffisant pour convaincre Larco Investments de revenir avec une nouvelle conception pour cet agrandissement.

La décision du comité aujourd'hui est en notre faveur, conclut-il.

L'avocat d'Héritage Ottawa, qui s'oppose aussi au projet dans sa forme actuelle, souligne que les approbations données précédemment par la Ville sont conditionnelles à celle du Comité de dérogation. En ce sens, la décision d'aujourd'hui est importante.

Larco Investments a présenté pour la première fois son projet il y a trois ans. Il a dû être modifié à cinq reprises avant d’être approuvé, notamment afin de réduire la hauteur de la nouvelle section proposée de 11 à 7 étages.

Ses dirigeants n'ont pas souhaité commenter publiquement la décision vendredi, mais son représentant Dennis Jacobs avait déjà laissé entendre qu'un refus au Comité de dérogation forcerait le promoteur à se présenter de nouveau devant le conseil municipal.

La compagnie a jusqu'au 17 octobre pour faire appel devant le Tribunal d'appel de l'aménagement local.

Avec les informations de Jean-François Poudrier et de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Politique municipale