•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Argenteuil—La Petite-Nation : une large circonscription aux grandes disparités

Le député sortant, le libéral Stéphane Lauzon, brigue un second mandat.

Une carte de la circonscription d'Argenteuil—La Petite-Nation

La circonscription fédérale d'Argenteuil—La Petite-Nation est présentement détenue par le libéral Stéphane Lauzon.

Photo : Radio-Canada / Simon Blais

Radio-Canada

À l'approche des élections fédérales du 21 octobre, ICI Ottawa-Gatineau publiera une série d'articles sur des circonscriptions à surveiller dans la région. Nous vous proposerons des textes sur les circonscriptions où la proportion de résidents ayant le français comme langue maternelle est la plus élevée. Aujourd'hui : Argenteuil—La Petite-Nation, une large circonscription aux grandes disparités.

En 2015, le libéral Stéphane Lauzon (Nouvelle fenêtre), avait remporté la circonscription fédérale d’Argenteuil—La Petite-Nation avec plus de 9000 voix sur sa plus proche adversaire, la néodémocrate Chantal Crête. L’ancien élu de la Ville de Gatineau espère gagner de nouveau la confiance des électeurs et mise sur son expérience passée pour arriver à ses fins.

Cette année, le Nouveau Parti démocratique (NPD) est représenté par Charlotte Smoley (Nouvelle fenêtre), une adjointe parlementaire qui a déjà tenté sa chance pour devenir commissaire scolaire lors d'une élection partielle en 2015. Elle a aussi été directrice à Centraide du Grand Montréal.

Les candidats 

  1. Yves Destroismaisons, BQ

  2. Sherwin Edwards, PPC

  3. Stéphane Lauzon, LIB

  4. Marie Louis-Seize, PC

  5. Charlotte Smoley, NPD

  6. Marjorie Valiquette, PV

Les projecteurs seront toutefois braqués sur le candidat du Bloc québécois Yves Destroismaisons (Nouvelle fenêtre), un travailleur social qui s’est déjà porté candidat à la mairie de Saint-André-Avellin, en 2017. S’il est élu, M. Destroismaisons travaillera pour que l’Outaouais obtienne davantage d’investissements en infrastructures.

Le Parti conservateur du Canada mise sur Marie Louis-Seize (Nouvelle fenêtre), une ancienne employée de Bell Canada qui a été présidente de son syndicat pendant plus de 30 ans. Mme Louis-Seize aimerait créer des emplois de qualité pour les jeunes de sa circonscription afin de freiner l’exode de ces derniers vers les grands centres.

Le Parti vert compte sur Marjorie Valiquette (Nouvelle fenêtre) une travailleuse autonome diplômée en design de l’environnement qui a brigué un poste de conseiller municipal à Morin-Heights, en 2017, lors des élections municipales. Tandis que le Parti populaire du Canada a placé sa confiance en Sherwin Edwards (Nouvelle fenêtre), ancien candidat du Parti conservateur du Québec lors des élections provinciales en 2018.

La circonscription

La circonscription d’Argenteuil—La Petite-Nation est un immense territoire d’environ 5000 km2. Elle comprend les secteurs de Masson-Angers et de Buckingham de la Ville de Gatineau, englobe la MRC des Collines de l’Outaouais et la MRC de Papineau et s’étend jusqu’à Mirabel, située dans les Laurentides. La circonscription comprend tout près de 100 000 habitants.

 

Les enjeux

Développement socio-économique

Argenteuil—La Petite-Nation est une très grande circonscription qui présente des disparités socio-économiques très importantes. Gatineau et la MRC des Collines-de-l’Outaouais ont une importante vitalité économique. De l’autre, la MRC de Papineau fait partie des MRC les plus dévitalisées au Québec.

On doit à la fois répondre à la croissance constante de la population dans une partie de la circonscription et faire face au vieillissement de la population et à l’exode des jeunes dans l’autre. Cette situation soulève de nombreux problèmes au niveau du transport, des services publics et des infrastructures.

Service internet

Un autre irritant : le faible accès à internet haute vitesse. Le gouvernement fédéral de Justin Trudeau a investi des millions de dollars dans la région pour améliorer l'accès à internet, mais dans certaines parties de la circonscription, c’est loin d’être suffisant.

Dans la MRC de Papineau, par exemple, le piètre accès à cette haute vitesse est un problème sur l’ensemble du territoire. En plus d’occasionner des problèmes au niveau de la sécurité publique, cela contribue au déclin économique de la région et à l’exode des jeunes.

Grâce, entre autres, à une aide financière fédérale, la MRC a signé une entente qui devrait permettre à plusieurs municipalités de se brancher à la fibre optique et d’avoir un meilleur accès à internet. Mais encore beaucoup de travail reste à faire pour offrir une connectivité fiable et performante à l’ensemble de la circonscription d’Argenteuil—La Petite-Nation.

Inondations

Le sud de la circonscription a particulièrement été touché par les inondations au cours des dernières années. Les crues printanières ont, entre autres, frappé durement Papineauville, Saint-André-Avellin, Plaisance et Thurso.

Les municipalités touchées recherchent des solutions pour atténuer les coûts reliés aux dommages causés par les inondations. Elles souhaitent aussi mettre sur pied des projets qui permettraient de diminuer les risques d’inondation, tels des digues, des murs et des pompes. Sauf que tout cela coûte de l’argent. Beaucoup d’argent.

Le fédéral a répondu à l’appel à l’aide par l’intermédiaire de divers programmes et fonds permettant aux municipalités et aux provinces d’investir dans des travaux d'infrastructure destinés à les protéger en cas de catastrophe naturelle. Or, nombreux sont ceux qui soutiennent que ces programmes demeurent inaccessibles.

À l'approche des élections fédérales du 21 octobre, ICI Ottawa-Gatineau publiera une série d'articles sur des circonscriptions à surveiller dans la région. Nous vous proposerons des textes sur les circonscriptions où la proportion de résidents ayant le français comme langue maternelle est la plus élevée.

Notre dossier Élections Canada 2019

Ottawa-Gatineau

Élections fédérales