•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moins d'heures supplémentaires et gel d'embauche au MTQ

Un cône orange dans une rue en réparation.

Un chantier routier

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Nicolas Vigneault
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) serre la vis et demande à ses gestionnaires de réduire considérablement le nombre d'heures travaillées par ses employés.

Dans une missive obtenue par Radio-Canada, le MTQ soutient que des mesures correctives s'imposent afin de respecter les cibles d'heures rémunérées pour l'année 2019-2020 fixées par le Conseil du Trésor.

  • Gel d'embauche. Seuls les postes pour lesquels une promesse d'embauche a été faite au candidat au plus tard aujourd'hui pourront être pourvus.
  • Réduction maximale de l'utilisation des heures supplémentaires (autorisation du directeur général nécessaire).
  • Attrition lors des départs à la retraite.

Et si les routes ne sont pas belles?

Le président de l'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec, Marc-André Martin, dénonce cette décision du Ministère. Il explique que les entrepreneurs privés responsables des travaux travaillent souvent 40 à 50 heures par semaine afin de respecter les échéanciers.

Si on limite les ingénieurs et les techniciens à 35 heures par semaine, ça veut dire que des travaux ne seront pas surveillés adéquatement, précise M. Martin.

En tout cas, on va savoir vers qui se tourner si nos routes ne sont pas belles.

Marc-André Martin, président, Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec

Les mesures imposées par le Ministère surprennent d'autant plus l'Association qu'elles surviennent au moment où le calendrier des travaux doit être ajusté afin de terminer l'asphaltage avant l'arrivée du temps froid.

On est dans le blitz de fin de saison et là on vient nous dire qu'on peut plus travailler d'heures supplémentaires. Ça se peut pas, cette histoire-là, c'est complètement ahurissant, peste le président.

Un frein à la surconsommation, se défend le MTQ

La note du Ministère explique cette décision par le fait que le premier rapport trimestriel 2019-2020 fait état d'une surconsommation des heures rémunérées par rapport à la cible ministérielle. On poursuit en disant que cette surconsommation est en progression plutôt que de se résorber lors du second trimestre.

Il n'est pas question de réduire les effectifs et encore moins de couper dans les services aux citoyens, mais de s'assurer que les deniers publics soient utilisés à bon escient, affirme Émilie Lord, porte-parole au ministère des Transports.

Christian Daigle, président du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec, trouve inconcevable cette décision du MTQ.

L’absence de personnel sur le terrain en nombre suffisant ne fera que retarder les travaux, accentuer la congestion routière, renforcer l’image négative du ministère et potentiellement mettre en danger les usagers de la route, dénonce-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !