•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le recrutement, une priorité pour l’Association française des municipalités de l’Ontario

Un homme qui sourit

Roger Sigouin est président de l'Association française des municipalités de l'Ontario.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président de l’Association française des municipalités de l’Ontario (AFMO), Roger Sigouin, veut faire du recrutement des municipalités une grande priorité de son mandat. Sa nomination a été confirmée à Sudbury en marge du Congrès du regroupement qui a pris fin vendredi.

[Notre priorité], c’est d’aller chercher les autres municipalités qui ont [quitté] l’AFMO, pour leur dire : “pourquoi on ne se rencontrerait pas pour discuter?” On a des problèmes à tous les niveaux, on peut avoir des problèmes similaires, mais si on ne s’assoit pas à la même table pour trouver des idées, pour avancer, pour la francophonie dans nos municipalités, on manque le bateau, note M. Sigouin, qui est aussi le maire de Hearst.

Ça va être le défi qui s’en vient et on est prêts à faire face à ça, à les rencontrer.

Une citation de :Roger Sigouin, président de l’AFMO

Roger Sigouin occupe les fonctions de président de l’AFMO depuis janvier 2019.

Il avait désigné par le conseil d’administration de l’organisme après que l’ancienne conseillère municipale de Moonbeam, Murielle Turcotte, élue présidente de l'association en 2018, ait perdu la course à la mairie lors des élections municipales.

Selon le directeur général de l’AFMO, Marc Chénier, la confirmation de M. Sigouin dans son rôle était nécessaire à la fois pour entériner le travail qu’il a accompli depuis janvier et pour officialiser sa nomination.

Après plusieurs années dans le rouge, l’AFMO se porte mieux financièrement et M. Sigouin estime que l’objectif du regroupement doit être d’offrir davantage de services à ses membres.

C’est dans cette direction qu’on s’en va. Il faut commencer à les vendre aux autres communautés pour qu’elles se joignent à nous. Ça peut être des services de traduction, des choses comme ça, ça va dépendre de ce que les municipalités vont demander, on va chercher les moyens nécessaires pour donner les ressources aux municipalités, soutient le maire Sigouin.

L’AFMO compte plus d’une trentaine de municipalités.

Le mandat de deux ans du maire Sigouin prendra fin l’année prochaine. Des élections auront lieu lors du congrès de l’AFMO de 2020.

« Le vent dans les voiles »

La maire de Fauquier-Strickland, Madeleine Tremblay, croit que la stabilité financière actuelle de l’AFMO lui permettra d’entreprendre divers projets.

On pourrait peut-être dire qu’on a le vent dans les voiles. [...] Je pense qu’il faut être capable de faire connaître l’AFMO aux autres municipalités, fait-elle savoir.

Une femme qui porte des lunettes

La maire de Fauquier-Strickland, Madeleine Tremblay, souhaite également que plusieurs autres municipalités se joignent à l'AFMO.

Photo : Radio-Canada

Elle précise qu’au cours du congrès, le regroupement associatif a pris le temps de redéfinir sa mission et ses objectifs.

On s’est bien positionnés, on a trouvé des forces et des faiblesses. Je pense qu’on s’en va dans la bonne direction.

Une citation de :Madeleine Tremblay, maire de Fauquier-Strickland

Pour Mme Tremblay, faire partie de l’AFMO signifie bien plus pour une municipalité que l’accès à des services en français.

Il faut soutenir notre francophonie et il faut être capable d’être fiers de notre langue et en soutenant l’AFMO, on soutient les gens de notre communauté pour garder notre langue, conclut-elle.

Selon le recensement de 2016, les francophones constituaient 72 % de la population de Fauquier-Strickland.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !