•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quel impact aura la mobilisation mondiale sur le climat?

Des marcheurs témoignent de leurs inquiétudes face aux changements climatiques.

Des marcheurs témoignent de leurs inquiétudes face aux changements climatiques.

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguere

Fanny Samson

Partout à travers le monde, des dizaines de milliers de personnes ont marché vendredi pour dénoncer l'inaction des gouvernements face aux changements climatiques. Retour sur cette mobilisation planétaire « sans précédent » avec un expert.

Philippe Gachon est titulaire de la Chaire sur les risques hydrométéorologiques liés aux changements climatiques à l'UQAM. Il est également directeur général du Réseau inondations intersectoriel du Québec.

L'organisation estime qu'il y a 25 000 marcheurs.

Environ 25 000 personnes ont marché à Québec, selon les organisateurs de l'événement.

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguere


Fanny Samson : Vous avez marché pour le climat vendredi. Quand on voit une telle mobilisation à l'échelle planétaire, quel impact cela peut avoir pour l'avenir de la planète?

Philippe Gachon : Il y a une mobilisation certainement sans précédent, cela fait des années qu'on n'a pas vu ça à l'échelle de la planète. Effectivement l'urgence est là. Le climat se réchauffe et se réchauffe de plus en plus rapidement. On va tous espérer évidemment que ça soit suivi d'actions, puis qu'on s'empresse d'atteindre les objectifs qu'on s'est fixés tous ensemble avec l'Accord de Paris, parce qu'il y a vraiment urgence.


F.S. : Le mouvement prend de l'ampleur depuis un certain temps. La militante écologiste Greta Thunberg était à Montréal. Comment la mobilisation s'est-elle enclenchée?

P.C. : En l'espace d'un an, Greta a permis de mettre l'accent sur cette génération qui s'en vient et qui aura à vivre les conséquences encore plus dramatiques [des changements climatiques]. C'est sûr que la mobilisation des jeunes est extrêmement importante. Peut-être qu'elle nous réveille, nous les adultes.

Depuis un an, il s'est aussi produit à l'échelle planétaire toutes sortes d'incidents. Je prends un exemple : on a eu les inondations cette année qui ont été exceptionnelles, on n'a jamais vu ça, notamment dans certains secteurs du bassin de l'Outaouais. Les canicules qu'on a vu en été, c'est du jamais vu.

La militante écologiste Greta Thunberg marche en tête de la Marche pour le climat, à Montréal.

La militante écologiste Greta Thunberg marchait en tête de la Marche pour le climat, à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers


F.S. : Les citoyens marchent dans les rues, mais vont-ils poser des gestes concrets?

P.C. : Je pense que plus on en parlera, plus il y aura de mobilisation de cet acabit, plus les gens aussi individuellement vont prendre des actions. [...] Peut-être aussi que dans les prochaines semaines, les prochains mois, individuellement on va prendre des décisions.

L'eau atteint pratiquement la moitié de cette maison bleue.

La région de la Beauce a connu une crue printanière importante en 2019.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc


F.S. : Les gouvernements entendent-ils le message?

P.C. : On est en plein dans l'élection fédérale. Oui, l'environnement est devenu l'une des préoccupations les plus importantes à l'échelle canadienne. Maintenant, je pense que tous les partis ont un exercice à faire pour travailler collectivement, peu importe le gouvernement qu'on va avoir.

Justin Trudeau et sa femme Sophie Grégoire-Trudeau marchent devant plusieurs manifestants.

Justin Trudeau a participé à la marche pour le climat à Montréal.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Je dirais pour cet enjeu qui nous touche toutes et tous, il faut arrêter de pelleter en avant certaines décisions. Il faut absolument que le Canada, non seulement réduise ses émissions de gaz à effet de serre, mais aussi aide le pays au complet, la population et les entreprises, à s'adapter à un climat qui va changer et qui va changer de plus en plus rapidement.

Ça devient tellement urgent qu'il en va même de la sécurité non seulement des biens, mais aussi des personnes, voire même de la santé mentale, notamment des personnes qui ont été touchées par les inondations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Environnement