•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

DoorDash compromet les données de près de 5 millions de personnes

Le logo de DoorDash diffusé sur un écran de téléphone.

DoorDash est présente dans quelque 4000 villes des États-Unis et du Canada.

Photo : SOPA images/Lightrocket / SOPA Images/Lightrocket

Agence France-Presse

DoorDash, populaire service de livraison de repas à domicile, a révélé jeudi que les données de près de cinq millions de personnes (dont sa clientèle ainsi que ses livreurs et livreuses), sans oublier les données de plusieurs restaurants, ont été compromises au mois de mai.

L'entreprise est peut-être moins populaire au Québec qu'aux États-Unis – elle s'est implantée à Montréal il y a quelques semaines seulement –, mais elle demeure un joueur majeur dans la livraison de repas à domicile, au même titre que Foodora, Uber Eats ou SkipTheDishes.

Établie à San Francisco, la société, qui assure prendre la sécurité de la communauté très au sérieux dans un billet de blogue, s'est récemment rendu compte d'une activité suspecte.

Les spécialistes qui enquêtent à la demande de Doordash ont découvert qu'une tierce partie avait accédé à des données des personnes enregistrées sur la plateforme le 4 mai 2019.

La brèche concerne les personnes qui ont fait appel à DoorDash jusqu'au 5 avril 2019.

Outre les noms et les numéros de téléphone, cette tierce partie a aussi eu accès aux adresses courriel (mais pas aux mots de passe), aux adresses de livraison ainsi qu'aux quatre derniers chiffres des cartes de crédit des clients et clientes, ou alors aux quatre derniers chiffres des comptes bancaires des restaurants et du personnel de livraison.

DoorDash se veut rassurante en disant que ce n'est pas assez pour commettre une fraude à la carte bancaire ou des retraits sauvages d'un compte en banque. Elle n'a pas donné d'autres détails.

Pas la première controverse pour DoorDash

C'est un nouveau coup dur pour l'entreprise, qui avait déjà défrayé la chronique l'été dernier quand il a été découvert qu'elle ne versait pas les pourboires à qui de droit, mais qu'elle retirait le montant de la somme versée de son côté au livreur ou à la livreuse en guise de rémunération. De facto, la clientèle donnait son pourboire à l'entreprise.

Devant le tollé, elle a changé sa politique.

DoorDash, fondée en 2013 par Tony Xu et deux autres étudiants de l'Université de Stanford, est présente dans quelque 4000 villes des États-Unis et du Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Cybersécurité

Techno