•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ONG qui viendra en aide aux victimes de cyberattaques majeures voit le jour

Illustration de la planète connectée par un réseau Internet sécurisé.

Les actes malveillants qui tombent dans la mire du CyberPeace Institute sont ceux qui pourraient par exemple toucher des hôpitaux, des entreprises ou des organisations de défense des droits.

Photo : getty images/istockphoto / a-image

Radio-Canada

Les cyberattaques majeures ont le potentiel de carrément paralyser une société. C’est pour cette raison que Microsoft, la Fondation Hewlett, MasterCard et d’autres organismes philanthropiques ont lancé jeudi le CyberPeace Institute, une organisation non gouvernementale (ONG) ayant pour but de prévenir ces attaques informatiques et de venir en aide aux victimes.

Les actes malveillants qui tombent dans la mire du CyberPeace Institute sont ceux qui pourraient par exemple toucher des hôpitaux, des entreprises ou des organisations de défense des droits.

L’organisme veut aussi combattre les cyberattaques qui visent de grandes parties de la société civile, telle que celle perpétrée à l’aide du rançongiciel WannaCry, qui a touché plus de 300 000 ordinateurs dans 150 pays en l’espace de quelques heures en mai 2017.

Nous devons trouver des solutions concrètes pour faire gagner en résistance les communautés vulnérables, mettre en lumière l’activité malveillante des cybercriminels et sensibiliser la population aux comportements responsables dans le cyberespace, a déclaré le président-directeur général du CyberPeace Institute, Stéphane Duguin, dans un communiqué.

Le logo du CyberPeace Institute. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le logo du CyberPeace Institute.

Photo : Cyberpeace Institute

L’organisation se dote de trois missions principales : aider les communautés et organisations vulnérables, faciliter les analyses et enquêtes sur les cyberattaques et prôner les comportements positifs et responsables dans le cyberespace.

Le but serait d’établir un réseau de bénévoles spécialistes en cybersécurité, ou cybervolontaires de tous les secteurs qui pourraient fournir une assistance technique aux victimes. 

Nous voulons remplir le vide qui existe en matière de conflits cyber, a résumé la directrice de l’organisme, Marietje Schaake, en entrevue avec le quotidien Le Monde.

Avec les informations de Le Monde, et ZDNet

Cybersécurité

Techno