•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une marche pour le climat et contre GNL Québec

Des manifestants pour le climat avec une pancarte sur lequel il est écrit L'homme se doit d'être le gardien de la nature... non son propriétaire.

Des manifestations pour le climat se sont tenus dans la plupart des grandes villes du monde.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Coulombe

Radio-Canada

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean s’est inscrit dans le mouvement de lutte contre les changements climatiques vendredi. Plusieurs manifestations ont eu lieu aux quatre coins de la région.

La plus importante a débuté vers 13 h à l’Université du Québec à Chicoutimi. Les manifestants se sont rassemblés pour demander des actions concrètes pour le climat, mais aussi pour dénoncer le projet de GLN Québec.

Des centaines de participants ont marché pacifiquement en brandissant des pancartes et en scandant des slogans.

Sau, sau, sau, sauvons la planète, pouvait-on notamment entendre durant la marche.

C’est un enjeu qui touche toutes les générations qu’on soit de gauche ou de droite, a affirmé une étudiante en médecine qui participait à l’événement.

Je marche pour mon futur, a lancé une autre.

Des manifestants rassemblés dans le stationnement de l'Université du Québec à Chicoutimi

La principale manifestation pour le climat a débuté à l'UQAC

Photo : Radio-Canada / Jean-François Coulombe

Les organisateurs de la manifestation sont satisfaits de la participation de la population.

C’est au-delà de nos espérances. On est clairement deux à trois fois plus que lors de la dernière manifestation, a affirmé Adrien Guibert Barthez, co-porte-parole de la Coalition Fjord et membre du comité organisateur.

Contre GNL Québec

La manifestation organisée par des étudiants du Cégep de Chicoutimi, de Jonquière et de l’UQAC ainsi que la Coalition Fjord avait aussi pour but de dénoncer le projet de GNL Québec qui prévoit la construction d’un complexe de liquéfaction de gaz naturel.

Plusieurs candidats aux élections étaient présents lors de la manifestation. Questionné à savoir qu’elle était la position de son parti sur le projet, le candidat du Bloc québécois dans Jonquière, Mario Simard, est demeuré prudent.

La position du Bloc a été claire dès le début, nous n’avons pas de sympathies pour les énergies fossiles, mais nous devons tout de même attendre les résultats du Bureau d'audience publique sur l’environnement, a-t-il expliqué.

Des manifestants qui marchent dans une rue

La manifestation avait aussi pour objectif de dénoncer le projet de GNL Québec

Photo : Radio-Canada / Jean-François Coulombe

Le conseiller municipal de Chicoutimi Simon-Olivier Côté soutient pour sa part qu’il n’y a pas de contradiction entre l’environnement et le projet de GNL.

Je ne vois pas une opposition entre aller marcher et être pour ou contre les grands projets. Je ne suis pas en faveur ou en défaveur d’aucun projet. Ce que j’ai, c’est qu’on assure de respecter les normes et l'évaluation environnementales. Marcher pour le climat, c’est important pour les générations futures, a affirmé Simon-Olivier Côté.

La marche s’est terminée devant le bureau du conservateur Richard Martel qui brillait par son absence. Les manifestants ont entonné Fjord du Saguenay, c’est à ton tour, sur l’air de Gens du pays, de Gilles Vigneault. Rappelons que Richard Martel et son parti appuient le projet de GNL Québec.

Il ne peut pas accepter ce projet et dire en même temps : “Je vais réduire les gaz à effet de serre du Canada”. On ne peut pas séparer le combat contre GNL et le combat contre le climat, a soutenu Adrien Guibert Barthez.

D’autres marches

Des manifestations se sont tenues ce matin dans différents Cégeps de la région.

Des étudiants devant le Cégep de Jonquière. Ils font la grève.

Les étudiants du Cégep de Jonquière ont manifesté devant l'établissement vendredi matin.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Savoie-Soulières

Au Cégep de Jonquière, le rassemblement s’est transformé en action concrète pour protéger l’environnement. Des étudiants ont troqué leurs pancartes pour des sacs poubelle afin de ramasser les déchets accumulés aux alentours.

Une étudiante manifeste pour la cause du climat.

Cette étudiante souhaite que le mouvement mondial fasse une différence.

Photo : Radio-Canada

À l'instar de plusieurs villes dans le monde, une grande marche s'est déroulée à Alma en avant-midi. Elle était organisée par la Confédération des syndicats nationaux (CSN). Le candidat libéral Richard Hébert et le candidat conservateur Jocelyn Fradette y participaient.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Changements climatiques