•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Tout le monde doit être radical maintenant », dit Elizabeth May

L'entrevue d'Elizabeth May avec Céline Galipeau, du Téléjournal

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La journaliste et chef d’antenne Céline Galipeau s’est entretenue avec la chef du Parti vert à la veille de la grande manifestation pour le climat à Montréal. Une marche à laquelle Elizabeth May participera d’ailleurs et lors de laquelle on s'attend à une participation monstre.

Greta Thunberg est un vrai héros, affirme d’emblée la politicienne d'expérience, qui marchera aux côtés de la jeune militante suédoise. Greta Thunberg est de passage à Montréal après avoir prononcé cette semaine un discours au sommet sur l'urgence climatique organisé par les Nations unies, à New York.

Loin d’être découragée devant l’efficacité d’une jeune femme de 16 ans pour mobiliser des foules impressionnantes un peu partout dans le monde, Elizabeth May se dit plutôt étonnée et constate un renouveau dans le discours environnemental, désormais porté par une nouvelle génération.

Tout le monde doit être radical maintenant, parce que nous avons presque atteint le point de non-retour.

Elizabeth May, chef du Parti vert du Canada

Mme May estime par ailleurs que l’on fait fausse route en opposant la volonté des citoyens de voir des mesures environnementales se concrétiser à leur volonté de payer. Ce n’est pas aux citoyens de payer, tranche-t-elle.

Dans une situation de guerre, comme la Deuxième Guerre mondiale, est-ce qu’il y a eu un sondage pour déterminer combien on voulait payer pour protéger notre société contre un ennemi comme ça? Non. Jamais. Cette question, c’est la mauvaise, dit-elle.

La question, c’est : est-il important pour vous, pour votre famille, d’avoir un gouvernement qui fait le nécessaire pour éviter une catastrophe climatique?

Elizabeth May

Je suis absolument certaine que les Québécois et les Québécoises sont prêts, assure-t-elle. Il y a un désir profond d’avoir un leadership qui va faire ce qui doit être fait.

Notre dossier Élections Canada 2019

Opposition non négociable à Trans Mountain

Dans l'éventualité de l'élection d'un gouvernement minoritaire, Mme May a rappelé que son parti s'opposerait à toute poursuite du projet d'expansion de l'oléoduc Trans Mountain. On doit annuler l'oléoduc, dit-elle.

Peu importe le parti au pouvoir, c'est impossible de soutenir un gouvernement qui continuerait d'appuyer ce projet, estime la chef du Parti vert.

Dans un gouvernement minoritaire, tout le monde va bouger un peu, prédit-elle. Et l'environnement, ce n'est pas une question sur laquelle négocier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique