•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Justin Trudeau participera aussi à la grande marche pour le climat à Montréal

Justin Trudeau seul dans un canot sur un lac.

Justin Trudeau a pagayé pendant quelques minutes sur le lac Laurentien, à Sudbury.

Photo : Radio-Canada / Philippe-Vincent Foisy

Valérie Boisclair

Après avoir laissé planer le suspense, Justin Trudeau a annoncé qu’il prendrait part à la marche sur le climat de Montréal, vendredi. Les chefs Yves-François Blanchet et Elizabeth May en seront également.

J’ai hâte de marcher avec ces milliers de jeunes, demain, à Montréal, a affirmé le chef du Parti libéral, qui était jeudi à Sudbury.

« Il y a eu une mobilisation extraordinaire de jeunes et de Canadiens à travers le pays, et bien entendu à travers le monde. Des gens qui réclament des actions concrètes pour lutter contre les changements climatiques », a-t-il déclaré, rappelant que son gouvernement avait pris cet appel au sérieux, notamment en mettant fin au plastique à usage unique d'ici 2021.

Jusqu'à ce jour, Justin Trudeau n'avait pas confirmé sa participation à la grande marche contre les changements climatiques, se contentant de promettre « de grandes annonces sur l’environnement » tout au long de la semaine.

Avant lui, les chefs du Bloc québécois et du Parti vert avaient eux aussi annoncé leur intention de participer à la marche, aux côtés de la jeune activiste suédoise Greta Thunberg.

Le chef adjoint du Nouveau Parti démocratique (NPD), Alexandre Boulerice, défilera également dans les rues de Montréal tandis que Jagmeet Singh, lui, marchera pour le climat à Victoria.

Selon le chef du NPD, la participation de Justin Trudeau à la marche s’inscrit dans la lignée des « belles paroles ». Le premier ministre sortant fait « des belles promesses creuses », puis il procède à l’achat d’un pipeline et approuve son expansion, a dénoncé Jagmeet Singh, faisant référence à l’oléoduc Trans Mountain.

Andrew Scheer, qui était à Montréal jeudi, a de son côté indiqué qu'il ne participerait pas à la marche. Le chef conservateur sera à Vancouver pour une annonce, mais il a assuré que des représentants de son parti seraient présents à Montréal.

Dénonçant le manque de leadership des conservateurs dans ce dossier, Justin Trudeau a martelé qu’ils étaient « à contre-courant de la lutte aux changements climatiques ».

Des mesures de protection pour les futures générations

Justin Trudeau sourit, seul dans un canot sur un lac.

Justin Trudeau est arrivé à son point de presse en canot.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Un peu plus tôt, le chef libéral avait fait une entrée remarquée en canot sur les eaux du lac Laurentien, avant d'annoncer qu'il allait revoir les cibles de protection des aires naturelles. Fiers de leur bilan en la matière, les libéraux comptent poursuivre sur leur lancée et se donnent l’objectif de protéger 25 % des territoires et 25 % des océans du Canada d’ici 2025.

Malgré le progrès qu’on a réalisé, on sait très bien qu’il faut en faire plus, pour notre génération et la prochaine.

Justin Trudeau, chef du Parti libéral

En réalité, les libéraux visent plus loin que 2025, a-t-il expliqué. S'ils sont réélus, ils veilleront à protéger 30 % des terres et des océans du Canada d'ici 2030, un objectif qu'ils encourageront les autres pays du globe à atteindre.

Au cours de son premier mandat, le gouvernement Trudeau s’était donné comme cible d’augmenter la proportion des milieux côtiers et marins conservés à 10 % d’ici 2020 et d'assurer la conservation de 17 % des aires terrestres et des eaux intérieures.

Sous les libéraux, la superficie des zones marines et côtières protégées au pays est passée de 1 % à 14 %, ce qui représente 427 000 kilomètres carrés.

Mais il faudra en faire davantage, notamment en matière de protection des océans, selon la Société pour la nature et les parcs du Canada.

Le gouvernement Trudeau a décrété deux nouvelles aires marines protégées au Nunavut, la première aire protégée autochtone, dans les Territoires du Nord-Ouest, la plus grande zone de protection marine du Canada, située au large des côtes de Terre-Neuve, et le parc urbain national de la Rouge, en Ontario, qui sera 23 fois plus grand que Central Park une fois terminé.

Notre dossier Élections Canada 2019

Du camping pour tous les enfants

Le chef libéral a du même coup annoncé qu'il comptait offrir à chaque enfant du pays la possibilité d'apprendre les rudiments du camping avant la fin de la deuxième année du secondaire. Justin Trudeau veut ainsi élargir la portée du programme d'Initiation au camping de Parcs Canada.

Pour élever des champions de l’environnement, il faut s’assurer d’aider la prochaine génération à découvrir les beautés de la nature du Canada

Justin Trudeau, chef du Parti libéral

En tout, ce sont 400 000 enfants qui pourront développer leurs compétences chaque année.

Les Canadiens savent comme il est bon de passer ses week-ends en camping, a-t-il dit. La joie de faire griller des guimauves sur le feu avec les enfants ou de sauter dans le lac par une chaude journée d’été : rien ne peut battre ça.

Mais ce ne sont pas tous les Canadiens qui ont la chance d'aller explorer les confins de la nature canadienne, « et nous allons changer ça », a assuré le chef libéral.

En ce sens, 75 000 enfants issus de milieux défavorisés pourront effectuer un séjour de quatre nuits maximum, hébergement compris, dans l'un des parcs nationaux du pays, en compagnie de leur famille, a-t-il annoncé. Une bourse pouvant aller jusqu'à 2000 $ leur sera également offerte.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique