•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Palais des congrès de Toronto renforce sa sécurité grâce à l'intelligence artificielle

Un homme marche dans une foule avec une arme cachée à la taille.

Le système Hexwave utilise des scanners et l'intelligence artificielle pour déceler les armes à feu.

Photo : Liberty Defense

Radio-Canada

Le Palais des congrès de Toronto testera à partir de l'an prochain un nouveau système de sécurité utilisant des scanners et l'intelligence artificielle pour détecter les armes à feu.

Contrairement aux détecteurs de métaux traditionnels, le fabricant de la technologie Hexwave soutient que son système peut déceler une arme cachée en temps réel dans une foule sans que le public doive passer par un poste de sécurité.

Nul besoin non plus de sortir ses clés ou son téléphone cellulaire de ses poches.

La compagnie américaine Liberty Defense affirme que ses scanners, mis au point en collaboration avec le Massachusetts Institute of Technology (MIT), peuvent être dissimulés un peu partout, tel que dans des piliers ou des panneaux, et que les armes à feu peuvent être détectées avant même que l'individu armé pénètre dans un édifice.

Il y a beaucoup de flexibilité dans la façon de déployer le système aux endroits les plus achalandés, explique le président de Liberty Defense, Bill Riker.

L'objectif de la compagnie est de passer au scannage 1000 personnes par heure, sans que le public s'en rende compte.

Foules et vie privée

Vince Quattrociocchi, vice-président exploitation au Palais des congrès de Toronto, a été attiré par la façon dont cette technologie pouvait détecter des armes sans avoir à freiner le passage des visiteurs.

Chaque année, pas moins d'un million de personnes nous visitent, dit-il. Ce qui m'a intrigué est de voir à quel point le système est intégré et qu'on puisse marcher à côté d'une borne [sans s'arrêter].

M. Quattrociocchi se fait rassurant quant aux craintes que pourrait susciter ce système en matière de protection de la vie privée.

On s'attarde seulement aux armes ou autres articles suspects, explique-t-il. Et les images sont analysées uniquement par l'intelligence artificielle. Ce n'est pas un être humain qui prend la décision.

Les arénas Rogers à Vancouver et Allianz à Munich, en Allemagne, ont aussi accepté de tester le système l'an prochain.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Armes à feu