•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moins de nettoyage et de supervision des élèves en cas de grève du zèle

Des pupitres d’école avec appui pour le bras droit dans une classe.

Une grève du zèle des employés de soutien toucherait entre autres le nettoyage des corridors dans les écoles.

Photo : Istock

Radio-Canada

Le ménage et la supervision des élèves risquent d'écoper s'il y a grève du zèle des employés de soutien dans les écoles en Ontario la semaine prochaine.

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représente 55 000 concierges, employés de bureau et aides-éducateurs dans la province, dit que ses membres entameront une grève du zèle lundi, si une entente de principe n'est pas conclue d'ici là pour le renouvellement des conventions collectives.

Des négociations de la dernière chance sont prévues samedi et dimanche entre le SCFP, le gouvernement Ford et le Conseil des associations d'employeurs.

Le SCFP assure que ses membres ne mettront pas la sécurité des élèves en danger en cas de grève de zèle.

Toutefois, les tâches suivantes ne seraient plus remplies, selon un document d'information du Syndicat pour ses membres :

  • Les employés de bureau ne superviseront plus les enfants et ne mettront plus à jour les sites web et les fils de médias sociaux des écoles.
  • Les aides-éducateurs devront être accompagnés en tout temps d'un enseignant dans les classes, sinon les cours seront suspendus. Les aides-éducateurs ne participeront pas non plus aux programmes de nutrition.
  • Les concierges ne ramasseront plus les déchets à l'extérieur de l'école et ne nettoieront pas les corridors, bureaux et gymnases, des tâches non financées par le ministère de l'Éducation, selon le SCFP.

De son côté, le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, a répété au cours des dernières semaines que le gouvernement souhaitait parvenir à un accord apportant stabilité aux travailleurs, aux parents et aux élèves.

Aucun des syndicats représentant les enseignants ontariens n'a conclu d'entente avec le gouvernement non plus jusqu'à maintenant. Les conventions collectives sont échues depuis le 31 août.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Éducation