•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers un projet Énergie Est 2.0 au Québec?

Un homme sourit.

Duane Lauritsen entend établir le siège social de Canadian Prosperity Pipelines Corporation à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Normand

Geneviève Normand

Deux ans après l’abandon du controversé projet d’oléoduc Énergie Est par son promoteur albertain TC Énergie (anciennement TransCanada), un mégaprojet de pipeline très similaire, visant à acheminer les ressources pétrolières de l’Ouest canadien vers les Maritimes, est sur la table à dessin au Québec.

Son promoteur, un ingénieur albertain qui a travaillé dans le secteur des sables bitumineux pendant de nombreuses années, dit vouloir réaliser ce projet d’infrastructure au nom de l’unité nationale.

Duane Lauritsen dirige la nouvelle entreprise Canadian Prosperity Pipelines Corporation, incorporée au Québec. Bien que la société n’ait pas pignon sur rue maintenant, le dirigeant entend établir son siège social à Montréal, d’où il travaille depuis moins d’un an à élaborer ce projet d’oléoduc qu’il appelle « Prospérité canadienne ».

Cet oléoduc pourrait devenir connu sous l’abréviation CP3, qui désigne le nom du projet en anglais (Canadian Prosperity Pipeline Project), mais qui signifie également partenariat public-privé. Parce que Duane Lauritsen cherche à obtenir la participation financière des gouvernements provinciaux dans le projet.

C’est très ambitieux, a reconnu d’emblée le pdg en entrevue à Montréal. C’est un objectif énorme, mais la raison qui nous motive, c’est cette occasion de créer une unité nationale.

L’homme d’affaires, qui a longtemps fait carrière à Calgary, vit dans la métropole depuis deux ans. Il est unilingue anglophone et dit avoir mis sur pied sa propre équipe et son entreprise après avoir approché TC Énergie pour relancer Énergie Est, mais en vain. Il dit aussi avoir cogné aux portes d’Enbridge et de Pembina pour faire renaître le projet de ses cendres.

Devant le refus des grandes pétrolières albertaines, Duane Lauritsen a décidé de faire cavalier seul et d’établir sa société là où l’opposition aux pipelines est féroce : au Québec.

C’est un projet de 23 milliards de dollars, a-t-il indiqué. À l’heure actuelle, notre modèle financier fait place à une participation des provinces jusqu’au tiers. Si elles ne veulent pas investir, alors nous allons rester dans le privé.

Des investisseurs canadiens, américains et internationaux seraient par ailleurs « fortement » intéressés, selon ses dires, à appuyer le projet.

De l’Alberta au Nouveau-Brunswick

Contrairement à Énergie Est, le pipeline proposé sera construit sur des bases complètement neuves. La tuyauterie serait à construire d’un bout à l’autre. Aucun des 4500 kilomètres de tuyaux requis n’est déjà sous terre.

Selon l’entrepreneur, trois tracés sont à l’étude. Il se garde cependant de les dévoiler publiquement. Les points de départ et d’arrivée de l’oléoduc sont les mêmes que ce qui était prévu avec Énergie Est : Hardisty, en Alberta, et Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick. La capacité de transport reste aussi inchangée à 1,1 million de barils de produits pétroliers chaque jour.

Aux extrémités du pipeline, en Alberta et au Nouveau-Brunswick, les gouvernements provinciaux ont respectivement répondu à la perche tendue par les nouveaux promoteurs. Les deux provinces avaient été profondément déçues par l’abandon d’Énergie Est en octobre 2017.

Une lettre adressée à Duane Lauritsen.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La ministre de l'Énergie de l'Alberta, Sonya Savage, a écrit une lettre à Duane Lauritsen, de Canadian Prosperity Pipelines Corporation.

Photo : Radio-Canada

Une lettre du premier ministre du Nouveau-BrunswickAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, a écrit à Duane Lauritsen.

Photo : Radio-Canada

Blaine Higgs, dans les Maritimes, se réjouit de l’intérêt renouvelé pour l’imposant projet, mais a fait savoir que des projets de la sorte ne devraient pas bénéficier de fonds publics.

Je n’étais pas d’accord quand le gouvernement fédéral a acheté le pipeline Trans Mountain, parce que je ne crois pas que c’est une industrie dans laquelle les gouvernements devraient œuvrer, a-t-il affirmé mercredi, à Fredericton.

Je ne pense pas que c’est quelque chose dans lequel les gouvernements devraient dépenser de l’argent.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

Le pipeline « Prospérité canadienne » en est encore à sa forme embryonnaire. Le dirigeant de la société indique ne pas encore avoir signé d’entente avec des entreprises qui seraient prêtes à utiliser cette capacité additionnelle de transport. On travaille là-dessus, a affirmé Duane Lauritsen, précisant que l’objectif est d’en arriver à des protocoles d’entente avec des entreprises énergétiques de Calgary au courant des 12 à 16 prochains mois.

Un homme en complet veston et cravate répond aux questions d'une journaliste.

Duane Lauritsen, de Canadian Prosperity Pipelines Corporation, croit pouvoir éduquer, informer et convaincre les Québécois de ce qu’il dit être un projet unificateur de l’Ouest et de l’Est du Canada.

Photo : Radio-Canada / Lorian Bélanger

Courtiser les Québécois

Pour le dirigeant, l’établissement prochain du siège social de sa compagnie à Montréal est une preuve tangible de l’intérêt démontré pour le Québec, connu pour sa forte opposition aux projets de pipeline.

Il croit pouvoir éduquer, informer et convaincre les Québécois de ce qu’il dit être un projet unificateur de l’Ouest et de l’Est du Canada.

Sans dévoiler ses stratégies de communication, Duane Lauritsen croit pouvoir gagner le cœur de la majorité des Canadiens lorsque viendra l’occasion de soumettre une demande à la nouvelle Régie canadienne de l’énergie (anciennement l’Office national de l’Énergie). Je pense qu’à ce moment-là, l’opposition ne sera pas très solide, a-t-il affirmé.

Cependant, le titulaire de la Chaire en gestion de l’énergie à HEC Montréal n’en est pas si sûr. Il n’y a pas eu d’engouement particulier pour les pipelines au Québec, a expliqué Pierre-Olivier Pineau en entrevue. Au contraire, je crois que l’opposition s’est même raffermie.

Le spécialiste des questions énergétiques croit qu’il sera très difficile qu’un projet de la sorte puisse être accepté socialement et politiquement, même si la demande en pétrole est en augmentation.

Quand on regarde l’état du marché du pétrole actuel, il y a une justification économique pour ce projet-là. Donc, que des investisseurs ou des entreprises se montrent intéressés par un tel projet, c’est tout à fait compréhensible parce que sur le terrain les gens continuent d’acheter du pétrole.

Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire en gestion de l'énergie à HEC Montréal

Une réponse laconique de Québec

Tard mercredi soir, le ministère québécois de l’Environnement a commenté la renaissance du controversé projet.

Dans un courriel envoyé à Radio-Canada, l’attaché de presse du ministre Benoît Charrette a commenté d’une seule phrase : Il n’y a pas d’acceptabilité sociale pour un pipeline au Québec.

Un message qui s’inscrit dans la continuité de ce qu’a répété le premier ministre François Legault au cours des derniers mois.

À cet effet, le promoteur du nouveau projet d’oléoduc affirme avoir envoyé une lettre au premier ministre du Québec il y a quelques mois pour établir un premier contact avec le gouvernement. Il dit attendre toujours une réponse de la part de M. Legault.

Industrie pétrolière

Économie