•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les 50 bougies du laboratoire d’immunologie le plus ancien au pays

Les 50 bougies du laboratoire d’immunologie le plus ancien au pays

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Il y a 50 ans naissait le département d’immunologie de l’Université du Manitoba, le plus ancien du Canada. Aujourd'hui, le laboratoire, l’un des meilleurs en Amérique du Nord, jouit d’une excellente réputation au niveau mondial.

La création du département d’immunologie de l’Université du Manitoba, c’est avant tout le résultat d’une vision qu’a eue l’établissement à ce moment-là, assure Jean-Éric Ghia, chercheur au département et président du comité organisateur des célébrations du 50e anniversaire du département.

En 1967, l’Université a su écouter 5 chercheurs venus de Montréal avec une équipe de 30 [autres personnes] et qui sont venus s’installer à Winnipeg, après des discussions avec l’Université du Manitoba, pour créer le département d’immunologie, raconte Jean-Éric Ghia. Ça aurait pu être l’Université McGill, mais ça ne l’a pas été.

À l’époque, l’immunologie était encore une discipline récente née depuis moins d’une dizaine d’années et distincte des autres.

Cinquante plus tard, la discipline a évolué.

Dans les années 1960, on était en train d’essayer de comprendre les mécanismes de base de la réaction chimique dans les humains et les animaux et, maintenant, nous commençons à recevoir les fruits de ces données-là pour passer à l’application au niveau médical. Nous sommes passés de l’étude fondamentale à l’application, explique Abdelilah Soussi Gounni, chercheur au département d’immunologie de l’Université du Manitoba.

Au fil des années, le département a multiplié les liens et les collaborations avec d’autres départements de recherche et des partenaires industriels, afin notamment de développer des brevets ou concevoir des médicaments.

Le département s’est également étoffé depuis avec des chercheurs venus du monde entier à l’image de Jean-Éric Ghia, un Français, et de Abdelilah Soussi Gounni, un Marocain.

Parmi les réalisations du département, on peut citer des travaux sur l’asthme qui ont mené à la création de médicaments antihistaminiques dans les années 1970 ou la mise au point d’un vaccin contre le virus Ebola plus récemment.

Quant aux défis qui s’annoncent pour le département, Abdelilah Soussi Gounni cite l’acquisition d’expertise dans le domaine de l’intelligence artificielle pour la recherche.

Il faut toujours se remettre en question et utiliser les nouvelles technologies qui sont à notre disposition, et c’est ça la grande problématique, car cela coûte cher et la question des financements se pose, estime Jean-Éric Ghia.

Est-ce qu’on a les financements, est-ce que la société est prête à dépenser l’argent pour financer ce type de recherche? C’est une question qui reste ouverte et qui sera toujours un défi, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !