•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La «vache folle» canadienne profite au boeuf américain

Radio-Canada

L'embargo sur le boeuf canadien provoqué par la découverte d'un seul cas de vache folle en Alberta en mai dernier a profité à l'industrie du boeuf américain. Leurs exportations ont augmenté de 17% depuis affirme Statistique Canada.

Selon une étude de Statistique Canada publiée mercredi, la «crise de la vache folle» canadienne a eu des effets très positifs sur l'industrie du boeuf américain qui en a profité pour envahir les marchés.

En effet, selon l'organisme, les exportations de boeuf américain à travers le monde ont augmenté de 17% pour combler le vide créé par la fermeture des frontières au boeuf canadien suite à la découverte, le 20 mai dernier, d'un seul cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) en Alberta.

Avant cela, les exportations américaines atteignaient une moyenne de 460 millions de dollars par mois tandis qu'elles se chiffraient à 540 millions de dollars en juin, juillet et août.

Par ailleurs, l'augmentation des exportations américaines s'est effectuée au Mexique, au Japon et en Corée du Sud, trois pays où la compétition canado-américaine est habituellement féroce. Le rapport note également que les États-Unis n'ont pas importé davantage de boeuf pour combler le déficit causé par l'embargo du boeuf canadien, ce qui a naturellement provoqué une hausse sans précédent des prix de détail du boeuf sur le marché américain.

Les exportations canadiennes sont tombées à zéro

Jusqu'à cette année, le Canada était le troisième plus important exportateur de boeuf au monde. En 2002, ce marché d'exportation valait environ 4,1 milliards de dollars. Après le 20 mai, la valeur des exportations est pratiquement tombée à zéro en juin, juillet et août.