•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • La passion contagieuse de Kim Thúy

    L'auteure Kim Thúy.

    L'écrivaine Kim Thúy a publié son premier roman à l'automne 2009.

    Photo : Radio-Canada / ICI ARTV

    Radio-Canada

    Il y a 10 ans, les lecteurs découvraient la plume de Kim Thúy avec son premier roman, Ru. À travers nos archives, retracez le parcours étonnant de cette Québécoise d’origine vietnamienne.

    Avant de se consacrer à l’écriture, Kim Thúy a été couturière, interprète, avocate et restauratrice.

    Des kiwis et des hommes, 15 mai 2007

    Le public fait d’ailleurs connaissance avec la sémillante Kim Thúy Ly Thanh en tant que propriétaire du restaurant Ru de Nam dans Côte-des-Neiges, à Montréal.

    La restauratrice collabore régulièrement à l’émission Des kiwis et des hommes pour y présenter des recettes vietnamiennes apprises lors de séjours dans son pays natal.

    « Je suis une fille du Lac », plaisante Kim Thúy avec les animateurs Boucar Diouf et Françis Reddy dans cet extrait du 15 mai 2007.

    Avant de cuisiner un poisson à la citronnelle et un tartare façon vietnamienne, elle évoque brièvement son passé d’avocate et les motifs de ce virage à 180 degrés.

    Du côté de chez Catherine (audio), 24 décembre 2009

    « La première chose que je voulais faire, c’était écrire », confie Kim Thúy sur l’inspiration de son premier roman, Ru.

    L’écrivaine de fraîche date est reçue à l’émission radio Du côté de chez Catherine du 24 décembre 2009.

    Publié quelques mois plus tôt aux éditions Libre Expression, son roman Ru remporte un succès fulgurant. Il s’apprête à être traduit en italien, en suédois, en allemand et en espagnol.

    En compagnie de l’animatrice Catherine Perrin, Kim Thúy revient sur ses passages au Vietnam en tant qu’avocate et interprète, qui lui ont permis de se réapproprier son identité vietnamienne.

    Ru raconte son histoire, celle d'une boat people, à travers des souvenirs d’enfance qui oscillent entre l’amusement et le recueillement, entre Saigon – sa ville d’origine et Granby – sa ville d’accueil.

    Mon amour premier est pour les mots et non pas nécessairement pour l’histoire.

    Kim Thúy

    L’écrivaine explique avoir souhaité appliquer des touches très légères sur un récit qui aurait pu être lourd ou tragique.

    « Je voulais peindre des tableaux impressionnistes », exprime-t-elle.

    « Moi, ce que je soupçonne, c’est qu’il y a d’autres livres à venir », prédit l’animatrice Catherine Perrin. « Ne serait-ce parce que vous avez encore des bagages à ouvrir avec tout ça ».

    24 heures en 60 minutes hors série, 27 décembre 2016

    Après Ru, suivront pour l’écrivaine Kim Thúy les romans mãn et Vi.

    Cette trilogie achevée, l’animatrice Anne-Marie Dussault la rencontre dans le cadre d’une édition hors série de l’émission 24 heures en 60 minutes diffusée le 27 décembre 2016.

    Au milieu des rayons de la Grande Bibliothèque, Kim Thúy s’exprime sur son amour pour la langue française et sur ce qu’elle représente pour elle.

    Pour moi, la langue française est beaucoup plus qu'une langue, c'est une renaissance.

    Kim Thúy

    Après avoir remporté de nombreux prix littéraires, dont la prestigieuse distinction du Gouverneur général du Canada, Kim Thúy se décrit toujours comme une écrivaine par accident.

    Elle confie avoir encore du mal à se reconnaître comme auteure et s’être demandé si elle devait ou pas continuer à écrire.

    « Est-ce que je peux protester? », l’interrompt l’animatrice Anne-Marie Dussault. « Ces trois ouvrages sont reconnus, aimés, appréciés. Ils sont lus, beaucoup pour leur force littéraire, pour le poids des mots et des sentiments qui se conjuguent ».

    À titre d'écrivaine, Kim Thúy fait partie des 17 ambassadeurs culturels qui ont été décorés en 2019 de l'Ordre des arts et des lettres du Québec.

    Encore plus de nos archives

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

    Archives

    Arts