•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cancer : des examens plus rapides et plus efficaces à l'Hôtel-Dieu de Québec

L'hôpital a fait l'acquisition d'un appareil encore unique dans la province

Le reportage de Sébastien Tanguay

Photo : Radio-Canada / Etienne Bourgault

Sébastien Tanguay

L'Hôtel-Dieu de Québec a un nouvel appareil d'imagerie TEP encore unique au Québec. Ce scan dernier cri, acheté pour plus de 3 M$, permet de faire des examens oncologiques plus précis et surtout, de diviser par quatre le temps d'attente des patients.

Le Canada compte seulement deux autres de ces appareils de nouvelle génération qui détectent des tumeurs cancéreuses avec plus d’efficacité et surtout, plus de précision.

Le nouvel appareil permettra d’éviter des traitements coûteux et parfois, superflus aux patients.

Autrefois, nous ne reconnaissions pas toujours une lésion cancéreuse dès le premier examen et il fallait parfois attendre trois mois avant de réévaluer le patient, explique le Dr François-Alexandre Buteau.

Lorsqu’un tel délai représentait un danger, le spécialiste faisait subir une biopsie. Grâce au nouvel appareil, il n’y aura plus ces deux inconvénients, puisque nous pourrons détecter les tumeurs plus rapidement.

En moyenne, plus de 6000 patients subissent chaque année un examen oncologique dans le TEP Scan du CHU de Québec. 

Détails de la facture

  • L’Hôtel-Dieu de Québec a déboursé 3,1 M$ pour le nouvel appareil.
  • À l’initiative du CHU de Québec, une dizaine d’établissements hospitaliers de la province se sont groupés pour profiter d’un « prix de gros » sur le nouvel appareil.
  • Chaque examen effectué par TEP Scan coûte environ 2 000 $ à la Régie de l’assurance-maladie.

Avant l’entrée en fonction du nouvel appareil, la procédure nécessitait l’injection d’un sucre radioactif dans le corps du malade. 

Le patient devait ensuite demeurer immobile dans la machine pendant 40 minutes, le temps que la caméra digitale cartographie l’anatomie du patient.

Puis ce dernier devait ingérer un autre liquide qui le forçait à uriner, puisqu’une concentration trop importante de sucre radioactif dans la vessie fausse les résultats.

Le patient s’allongeait ensuite 15 minutes supplémentaires dans l’appareil. Un processus de près de trois heures au total, qu’Yvon Caron a dû subir plusieurs fois dans son combat contre le cancer.

Mercredi, cet homme de Saint-Jean-Port-Joli découvrait pour la première fois le nouveau TEP Scan.

Je suis arrivé à 8 h, et avant je serais seulement ressorti à 11 h. Tandis que là, je vais sortir à 9 h 45. Tout est prêt, tout est fait, se réjouit le convalescent.

Le nouvel appareil en bref

  • Détecte des lésions de seulement 4 millimètres. L’ancien TEP Scan ne pouvait pas identifier une tumeur de moins d’un centimètre.
  • Réduit de moitié la quantité de liquide radioactif qui doit être injectée dans le corps des patients.
  • Nécessite seulement 8 minutes pour radiographier un patient adulte, et 4 minutes pour analyser un enfant. 
  • L’ancien appareil en demandait 35 dans les deux cas.
  • Le TEP Scan du CHU de Québec dessert un bassin de population de 2 millions de personnes, réparties dans l'est du Québec et du Nouveau-Brunswick.

Le Dr François-Alexandre Buteau se réjouit également de l’arrivée du nouvel appareil, mis en service à la mi-septembre.

Pour nous, le bien-être du patient, c’est important. Et de voir qu’il souffre de subir un examen parce qu'il a les bras dans les airs pendant 40 minutes, puis de voir qu'il est réticent à faire le test, pour nous, ce n’était pas un bon exemple. Cet appareil nous permet de faire mieux, se réjouit le médecin.

D’ici deux ans, neuf autres appareils seront déployés aux quatre coins du Québec, notamment à Trois-Rivières, à Sherbrooke, à Val-d’Or et à Montréal.

L’arrivée de la technologie permettra d'augmenter considérablement l'efficacité des centres hospitaliers, estime Dr Norman Laurin, président de l’Association des médecins spécialistes en médecine nucléaire du Québec.

Ces nouveaux TEP Scan permettront presque de doubler le nombre de patients examiné, souligne-t-il.

IRM en tout temps

  • Depuis le 22 septembre, le CHU de Québec propose également des examens d'imagerie par résonance magnétique (IRM) de nuit, et ce, tous les jours de la semaine.
  • L'initiative permet de maximiser l'utilisation de la machine IRM.
  • Elle permet également de soulager la liste d'attente.
  • Quelque 50 000 patients subiront une IRM au cours de l'année au CHU de Québec.

Québec

Hôpitaux