•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois Fransaskoises engagées veulent davantage de femmes en politique fédérale

Kazia Katende, Rhonda Rosenberg et Elsie Miclisse dans le studio de l'émission radio Point du jour.

La présidente de Daughters of Africa, Kazia Katende (à l'arrière) et la présidente du Conseil multiculturel de la Saskatchewan, Rhonda Rosenberg (à l'avant), au micro de l'émission « Point du jour ».

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Trois femmes de la communauté fransaskoise aimeraient être davantage représentées par des candidates sur la scène politique fédérale. À leurs yeux, les questions de santé, d’équité et de proches aidants sont trop souvent ignorées par les partis politiques au cours de la présente campagne électorale.

Moi, personnellement, c’est la santé. [...] Les gens ne s’occupent pas assez de ça. Si on a la santé, on peut faire beaucoup de choses, souligne la présidente de Daughters of Africa, Kazia Katende, au micro de l'émission Point du jour.

La présidente du Conseil multiculturel de la Saskatchewan, Rhonda Rosenberg, aimerait que les candidats proposent plus de mesures en matière d’équité entre les femmes et les hommes, les peuples autochtones, les nouveaux arrivants, les communautés ethniques, et les minorités sexuelles et de genres.

D’autre part, selon la présidente de la Fédération provinciale des Fransaskoises, Stéphanie Gaudet, les candidats à l’élection devraient se pencher sur plusieurs questions touchant principalement un public féminin, comme le soutien des proches aidants, la violence contre les femmes et l’équité salariale.

[Les politiciens] disent souvent qu’ils en parlent, mais c’est souvent le dernier point de la discussion. Ce n’est pas très élaboré. Ils ne nous donnent pas souvent une voix [...]. Ce n’est pas assez, selon moi.

Une citation de :Stéphanie Gaudet, présidente de la Fédération provinciale des Fransaskoises

La voix des femmes

Pour qu’une diversité d’enjeux et de points de vue soit discutée sur la place publique, ces trois femmes souhaitent que plus de femmes se lancent en politique.

Selon Kazia Katende, plusieurs changements de société peuvent survenir lorsqu'on laisse la parole aux femmes.

Il faut convaincre [les] femmes qu’elles ont quelque chose à offrir, que c’est possible avec [une] famille de représenter la communauté , soutient Rhonda Rosenberg.

Il faut passer le [micro] aux femmes.

Une citation de :Rhonda Rosenberg, présidente du Conseil multiculturel de la Saskatchewan

Stéphanie Gaudet déplore que trop peu de candidates soient déployées dans des circonscriptions « gagnantes », c’est-à-dire « des châteaux forts » des partis politiques.

La solution, selon elle, est de commencer avec nos jeunes femmes, de leur démontrer que, oui, c’est possible de rentrer en politique, que c’est possible d’être leader.

Selon une analyse de Radio-Canada/CBC, les grands partis fédéraux ont recruté deux fois plus d'hommes que de femmes aux élections de 2008, de 2011 et de 2015.

Notre dossier Élections Canada 2019

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !