•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Dépôts à neige : la Ville repousse les gros travaux qui visent à respecter les normes environnementales

L'entrée du dépôt à neige De la Jonquière dans le quartier Duberger.

Le dépôt à neige De la Jonquière, dans le quartier Duberger, doit être complètement réaménagé.

Photo : Radio-Canada / Olivier Lemieux

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Ville de Québec tarde à lancer les travaux pour réaménager le plus important dépôt à neige de son territoire. Pourtant, son eau de fonte se déverse directement dans la rivière Saint-Charles et excède systématiquement les normes du ministère de l’Environnement.

L’administration Labeaume a entre les mains un rapport de la firme Stantec qui date de février 2018. Radio-Canada avait d'ailleurs révélé les conclusions de ce document qui sont sans appel : d’importants travaux estimés à 1,2 million de dollars doivent être menés au dépôt à neige municipal De la Jonquière, dans le secteur Duberger–Les Saules.

Pour l’ensemble des 10 dépôts à neige municipaux, l’investissement frise les 2,5 millions de dollars.

Des déchets jonchaient le sol du dépôt à neige De la Jonquière lors de notre passage,  en novembre 2018.

Des déchets jonchaient le sol du dépôt à neige De la Jonquière lors de notre passage, en novembre 2018.

Photo : Radio-Canada / Olivier Lemieux

Or, près de deux ans après la publication du rapport Stantec, la Ville de Québec évalue qu’à peine 350 000 $ ont été dépensés pour rénover sept sites d’entreposage de neige.

Impossible d’avoir la part investie au dépôt De la Jonquière. Pourtant, c’est bien à cet endroit que le problème est le plus criant.

Des normes bafouées

Entre 2012 et 2016, le site De la Jonquière a excédé systématiquement les normes provinciales concernant les matières en suspension (MES).

En 2015, un prélèvement a même montré une présence totale de MES près de 20 fois supérieure à la norme acceptée par le ministère de l’Environnement du Québec.

Selon les auteurs du rapport Stantec, des abrasifs, des déchets ou encore des métaux liés à l’usure et à la corrosion des véhicules se retrouvent mêlés à la neige usée qui est stockée dans les dépôts municipaux.

La rivière Saint-Charles coule à proximité du dépôt à neige De la Jonquière.

La rivière Saint-Charles coule à proximité du dépôt à neige De la Jonquière.

Photo : Radio-Canada / Olivier Lemieux

L’eau de fonte du dépôt De la Jonquière est redirigée dans l'égout pluvial de la Ville et se déverse directement dans la rivière Saint-Charles, à environ 200 mètres du site.

Un problème qui persiste

Radio-Canada a obtenu en vertu de la Loi sur l'accès à l'information le plus récent rapport de suivi des dépôts à neige municipaux, publié en janvier 2019.

Le document d’une trentaine de pages lève le voile sur les résultats analytiques des eaux de surface de la saison de fonte 2018.

L'eau de fonte du dépôt à neige De la Jonquière se déverse directement dans la rivière Saint-Charles.

L'eau de fonte du dépôt à neige De la Jonquière se déverse directement dans la rivière Saint-Charles.

Photo : Radio-Canada

Pour le dépôt De La Jonquière, un prélèvement effectué à la sortie du site en juillet 2018 révèle une concentration des MES de 361 milligrammes par litre, soit 12 fois la norme provinciale. Il s’agit de la plus forte concentration mesurée à la sortie d’un dépôt à neige municipal pour l’ensemble de la saison de fonte 2018.

Des travaux majeurs à venir

La Ville de Québec se défend de se traîner les pieds dans ce dossier.

Par courriel, la porte-parole Wendy Whittom précise que des travaux majeurs seront réalisés à la suite d’un appel d’offres qui sera lancé prochainement.

En 2015, un plan de réaménagement du dépôt à neige De la Jonquière a été lancé puis suspendu par l’administration Labeaume.

Chaque année, environ 1,2 million de mètres cubes de neige sont entreposés au site De la Jonquière, soit l'équivalent de près de 140 000 chargements par camion.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !