•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Waseem Ramli ne sera pas consul de Syrie à Montréal

Waseem Ramli en compagnie du dictateur syrien Bachar Al-Assad.

Waseem Ramli en compagnie du dictateur syrien Bachar Al-Assad

Photo : Facebook/Waseem Ramli

Radio-Canada

La ministre des Affaires étrangères a annulé la décision de son ministère, qui avait autorisé la nomination de Waseem Ramli comme consul honoraire de Syrie à Montréal.

Chrystia Freeland, qui affirmait il y a deux jours ignorer que cette nomination avait été approuvée par ses propres fonctionnaires, a annoncé aujourd’hui qu’elle révoquait « immédiatement son statut ».

« Les opinions exprimées publiquement par Waseem Ramli à la presse et sur les médias sociaux sont choquantes et inacceptables. Quiconque les partage ne devrait pas être autorisé par Affaires mondiales Canada à occuper ce poste », écrit la ministre.

« J’ai aussi chargé Affaires mondiales Canada d'entreprendre un examen du système par lequel ces nominations sont traitées », poursuit-elle.

À quelques jours de la réouverture du consulat, le 1er octobre, la nomination de Waseem Ramli passait très mal parmi les nombreux opposants au régime de Bachar Al-Assad présents au Canada.

Waseem Ramli est un homme controversé au sein de la communauté. Dans les rues de Montréal, il conduit et exhibe un véhicule Hummer rouge aux couleurs du régime syrien avec la photo du dictateur Assad affichée sur une des vitres et la plaque d'immatriculation « 1Syria ».

Sur sa page Facebook, M. Ramli publie de nombreux messages à la gloire de l'armée syrienne et du président. Le 31 août, il invitait les gens à planifier leurs prochaines vacances en Syrie, alors que le Canada déconseille formellement les visites.

La ministre rappelle dans son message les nombreuses violations des droits de la personne commises par le régime de Bachar Al-Assad, « y compris les attaques contre les civils à l'aide d’armes chimiques odieuses ». Le Canada a d'ailleurs imposé des sanctions à quelque 234 fonctionnaires du régime en réaction à ces événements.

Je tiens à exprimer mes sincères regrets quant à la situation difficile dans laquelle cette candidature a mis les Syriens vivant au Canada, y compris les nombreux braves Casques blancs et autres réfugiés qui habitent maintenant dans notre pays et qui ont pu se sentir effrayés et en détresse, a conclu la ministre.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.