•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des ambulances plus écoresponsables pour la Coopérative des Paramédics du Grand-Portage

Une ambulance munie de panneaux solaires

Une des deux ambulances plus écoresponsables de la Coopérative des Paramédics du Grand-Portage.

Photo : Coopérative des Paramédics du Grand-Portage

La Coopérative des Paramédics du Grand-Portage a décidé d'y mettre du sien pour combattre les changements climatiques. Elle ajoute à sa flotte d'ambulances deux véhicules d'urgence qui permettent une consommation de carburant bien moindre que par le passé.

Pour garder la cabine du véhicule d'urgence à une température se situant entre 18 et 24 degrés Celsius, les ambulanciers étaient dans l'obligation de maintenir le moteur en marche. Ce n'est plus le cas avec ces nouveaux camions.

Nous avons maintenant des panneaux solaires pour l'alimentation en électricité. Nous avons également un système de chauffage central autonome pour l'habitacle et le module de soins. On compte aussi sur des batteries à très haute densité. Bref, nous n'avons plus besoin de faire tourner le moteur au ralenti, explique le directeur général de la Coopérative des Paramédics , Charles Montamat.

De plus, ces ambulances utilisent un autre carburant que le diesel traditionnel. Elles ont été converties au propane, un carburant beaucoup plus propre et moins cher au litre, ajoute le directeur général.

On calcule que l'utilisation du propane abaisse nos émissions de gaz à effet de serre de 26 %. Pour ce qui est des particules polluantes, elles diminuent en moyenne de 90 %.

Charles Montamat, directeur général de la Coopérative des Paramédics du Grand-Portage
Une ambulance d'Urgences-Santé, avec un effet de mouvement.

Selon M. Montamat, les nouveaux véhicules rejettent 26 % moins de gaz à effet de serre que les ambulances conventionnelles au diesel.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Un devoir moral

Toujours selon M. Montamat, le choix de véhicules moins énergivores allait de soi. Une coopérative de travailleurs, c'est une entreprise d'économie sociale. Si l'entreprise d'économie sociale ne montre pas l'exemple pour tout ce qui touche l'aspect environnemental, on rate notre vocation et on sort de nos valeurs, tranche le directeur général.

La Coopérative s'est par ailleurs rendue à Magog, avec l'un des véhicules, pour le présenter à des collègues d'autres régions en marge du Congrès de la Fédération des coopératives des paramédics du Québec.

On veut leur montrer que ça fonctionne, que c'est fiable. Si on fait tous ce virage graduellement, on peut avoir un impact!, ajoute M. Montamat.

Des coûts minimes

En ce qui a trait aux investissements nécessaires pour l'achat et les modifications des véhicules, le directeur général estime qu'ils sont anecdotiques. On parle de 6500 à 7000 $ pour la conversion au propane. Comme le litre de propane est moins cher et qu'on en dépense beaucoup moins, on rentabilise l'opération en 6 à 8 mois, estime M. Montamat.

Pour ce qui est des panneaux solaires, le directeur général estime l'investissement à 13 000 $ par ambulance. Il nous reste à calculer l'ensemble des économies d'échelle qu'on fait avec ce véhicule comme nous n'avons reçu le premier qu'en février 2019, mais nous sommes déjà convaincus que les panneaux solaires se rentabilisent facilement, conclut-il.

51 professionnels travaillent à la Coopérative des Paramédics du Grand-Portage. Selon M. Montamat, elle a réalisé environ 3500 transports de patients en 2018.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Environnement