•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pêche automnale au homard : Listuguj défie Ottawa

Des homards dans un bac.

Dix jours de pêche automnale sont prévus à l'aide de 235 casiers.

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Lundi, des pêcheurs micmacs de Listuguj ont pris la mer pour une pêche automnale de subsistance au homard, en ayant l'intention de vendre une partie de leurs prises. Pêches et Océans Canada a toutefois refusé de leur accorder un permis de pêche commercial.

Le conseil de bande de Listuguj estime que la décision d’Ottawa viole les droits ancestraux de pêche des Micmacs. De son côté, Pêches et Océans Canada qualifie le geste de « pêche commerciale non autorisée ».

Depuis deux décennies, la communauté de Listuguj organise une pêche de subsistance durant l’automne. Les homards pêchés dans les eaux de la baie des Chaleurs sont distribués dans les familles de la réserve micmaque.

Au premier plan, des sacs blancs contenant des homards sur une table.  Au second plan, des hommes penchés sur des boîtes blanches.

Une partie des pêches automnales sont distribuées aux familles de Listuguj.

Photo : Radio-Canada

Cette année, pour la première fois, Listuguj souhaitait ajouter un volet commercial aux pêcheries automnales dans le but de compenser le temps de travail et les dépenses des pêcheurs.

Ça donne la chance aux pêcheurs de gagner un peu plus d’argent, explique le chef de Listuguj, Darcy Gray, en même temps qu’ils vont pêcher pour la subsistance de la communauté.

Dary Gray devant les bureaux du conseil de bande

«On aimerait que ce soit en collaboration avec Pêches et Océans Canada, mais s'ils ne veulent pas, on va le faire de notre propre manière aussi», affirme le chef de Listuguj, Darcy Gray.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Darcy Gray explique que Pêches et Océans Canada avait été informé de cette requête depuis plusieurs mois et que les négociations allaient bon train pour la délivrance d’un permis commercial en bonne et due forme. Selon le conseil de bande, cette pratique avait déjà été autorisée au printemps.

Le chef soutient qu’Ottawa a changé son fusil d’épaule la veille du début de la pêche.

On a pris la décision d’envoyer les bateaux sous notre propre loi, de la manière dont on avait discuté avec Pêches et Océans.

Une citation de :Darcy Gray, chef de Listuguj

Le conseil de bande de Listuguj estime que le fédéral va à l'encontre de l'arrêt Marshall. Cette décision rendue par la Cour Suprême en 1999, donne raison à un Micmac de la Nouvelle-Écosse qui vendait des anguilles à des fins de subsistance.

Pêches et Océans Canada a refusé de répondre aux questions précises de Radio-Canada. Dans un courriel envoyé aux médias, le ministère affirme que les agents des pêches surveillent la situation de près.

Nous voulons travailler avec tous les pêcheurs pour nous assurer que la Loi sur les pêches est respectée et que les droits de pêche autochtones sont également respectés.

Une citation de :Pêches et Océans Canada

Une gouvernance en cours de négociation

Au cours des deux dernières années, la communauté de Listuguj a mis en place sa propre réglementation concernant la pêche.

Depuis novembre, des négociations sont en cours entre Ottawa et Listuguj pour trouver un terrain d’entente au sujet de la gouvernance et des droits de pêche.

Listuguj demeure engagé dans des négociations à long terme avec Ottawa, pour qu’on se réconcilie en matière de pêcherie, note Darcy Gray, mais nous ne pouvons attendre indéfiniment pour la permission d’exercer un droit que nous avons déjà : celui de pêcher et de vendre nos prises pour répondre aux besoins de notre communauté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !