•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mère de Serenity juge que le rapport d’autopsie n’apporte pas de réponses

Serenity, 4 ans.

La petite Serenity est morte en septembre 2014 alors qu'elle était placée sous la tutelle de proches de sa mère.

Photo : Photo fournie à CBC/Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le rapport d’autopsie affirme que la petite Serenity, âgée de 4 ans au moment des faits, a succombé à un traumatisme crânien et aux complications qui en ont découlé, mais la cause de ce traumatisme, elle, n’a pas été déterminée.

Vendredi dernier, le bureau du médecin légiste en chef de l'Alberta a remis le rapport d’autopsie de la petite Serenity à sa mère. Cette dernière a tenté à plusieurs reprises d’avoir accès au dossier, ce qui lui avait d’abord été refusé par la police et le procureur de la Couronne parce que le procès des tuteurs de la petite Serenity était toujours en cours.

AVERTISSEMENT : Certains passages de ce texte peuvent heurter la sensibilité des lecteurs.

L’enfant est décédée en 2014 à la suite de blessures subies lorsqu’elle vivait sous la tutelle de proches de sa mère qui, en plus de Serenity et de leurs sept enfants, s'occupaient également de sa soeur et de son frère plus âgés. Serenity ainsi que sa soeur et son frère avaient des besoins spéciaux notamment des troubles causés par l'alcoolisation foetale.

Ses tuteurs ont toujours maintenu que Serenity était tombée accidentellement d’une balançoire, mais certains rapports médicaux ayant fait l'objet de fuite dans les médias en août dernier indiquent que Serenity avait des plaies sur les organes génitaux et l’anus.

Des faits contredits par le rapport d’autopsie effectuée par le Dr Barnard Bannach, le 30 septembre 2014.

Il a constaté des ecchymoses sur tout le corps de la fillette, des écorchures sur ses membres et son torse, au-dessus de l'os pubien et à côté de l'anus, mais aucune blessure interne au vagin ou à l'anus, selon le rapport.

Les conclusions du rapport ne satisfont pas la mère de Serenity. Non, cela ne clarifie rien du tout, a-t-elle déclaré lundi, ajoutant qu'elle était frustrée par les informations divergentes contenues dans les rapports médicaux de sa fille et le rapport d'autopsie.

La sénatrice Paula Simons accusée de diffamation

En 2017, les tuteurs de Serenity ont été formellement accusés de ne pas avoir fourni le minimum nécessaire à l'existence de l'enfant. Deux ans plus tard, en août dernier, après une longue enquête préliminaire, les accusations ont été suspendues par le procureur de la Couronne, faute de preuve.

Les tuteurs de Serenity ont lancé une procédure pour diffamation à l’encontre de la sénatrice Paula Simon pour des commentaires faits dans les médias sociaux le jour où l’affaire a été suspendue. La sénatrice avait alors republié un blogue écrit plus tôt où elle disait que la petite avait fait l'objet d'agression sexuelle.

Les tuteurs demandent 500 000 $ en dommages-intérêts généraux et autres « dommages-intérêts aggravés et punitifs ».

Ils cherchent également à obtenir une injonction interdisant à Paula Simons de publier d’autres propos qu’ils jugent diffamatoires.

Aucune des allégations faites par les tuteurs n'a été prouvée en cour.

Avec les informations de CBC News

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.