•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Woodstock victime d’une cyberattaque

Un homme pose ses mains sur le clavier d'un ordinateur portable dans l'obscurité.

La Ville ne peut recevoir de courriels ou accéder à ses dossiers.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Ville de Woodstock, dans le sud-ouest de l’Ontario, n’a plus accès à ses données, dossiers et courriels, en raison d’un virus informatique.

Rien n’indique, pour le moment, que des renseignements personnels aient été volés ou transférés.

Les premiers problèmes se sont manifestés la semaine dernière, mais l’étendue du problème n’a été constatée que samedi matin, selon le directeur municipal David Creery.

C’est à ce moment que la Ville a constaté qu’elle ne pouvait recevoir aucun courriel et que l’accès à ses dossiers était impossible.

Son site internet est toujours fonctionnel et la plupart des services de base, comme la cueillette des ordures, sont offerts normalement.

Le service de police local est aussi victime d’une cyberattaque, mais les services d’urgence ne sont pas touchés.

Encore aucune demande de rançon

L’attaque avait toutes les apparences d’un rançongiciel, mais aucune demande de rançon n’a été reçue jusqu’ici. Nous essayons de rétablir le système par nous-mêmes, affirme M. Creery, mais nous n’excluons pas de verser une rançon.

La Ville a fait appel à des consultants pour régler le problème. La première étape a été d’éviter que le virus ne se propage.

La deuxième étape sera de comprendre comment le système a pu être attaqué en dépit des mesures de protection en place.

L’objectif ultime est de récupérer les données.

Stratford, une autre ville du sud-ouest de l’Ontario, a été victime d’une attaque semblable en avril et a versé une rançon équivalente à 75 000 $ en bitcoins.

D'après les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !