•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une coalition veut que l’industrie de l’aviation en fasse davantage pour le climat

Dominic Champagne en conférence de presse.

Le metteur en scène Dominic Champagne, à l'origine du Pacte pour la transition, exhorte l'industrie de l'aviation à en faire plus pour le climat.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

La Coalition Aviation Climat profite de l'ouverture de la 40e assemblée des États membres de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) à Montréal pour réclamer des mesures afin de réduire l'impact de cette industrie sur le climat.

L'aviation et la navigation maritime ne sont pas assujetties à l'Accord de Paris sur le climat. Le regroupement pancanadien estime toutefois que l'impact de l'aviation civile sur le réchauffement climatique est important.

Il entend lancer l'idée d'une taxation juste du carburant sur les vols internationaux, afin de lutter contre le réchauffement climatique.

La coalition veut également des taxes beaucoup plus élevées sur les billets d'avion en classe affaires et en première classe.

Elle demande aussi un moratoire sur la construction de nouveaux aéroports et veut freiner l'agrandissement d'aéroports existants.

En 2017, 423 nouveaux aéroports et 121 pistes supplémentaires dans les aéroports existants étaient prévus ou en cours de construction dans le monde, indique-t-elle.

Un avion en train d'atterrir au coucher du soleil.

La Coalition Aviation Climat demande à l’industrie de l’aviation d'en faire davantage pour le climat.

Photo : iStock

L'industrie de l'aviation prévoit elle-même des augmentations d'au moins - les chiffres sont "conservateurs" - 300 % d'ici 2050. On prévoit doubler, si ce n'est pas tripler, le nombre de tonnes qu'on va émettre d'ici 2050, alors que l'effort général doit viser à [les] réduire, a affirmé Dominic Champagne, le metteur en scène à l'origine du Pacte pour la transition, un des organismes membres de la Coalition, en conférence de presse mardi.

Selon la Coalition, l’industrie de l’aviation « essaie de faire croire qu’elle pourra stabiliser ses émissions grâce à l’achat de crédits carbone, en vertu d’un programme de compensation appelé CORSIA. Mais ce programme, indique-t-elle, n’empêchera pas les émissions de l’aviation de continuer à augmenter ».

La Coalition compte parmi ses membres Greenpeace Canada, Extinction rébellion Québec, Les pollués de Montréal-Trudeau, La planète s'invite au Parlement, La planète s'invite à l'université et d'autres groupes de pression.

Avec les informations de La Presse canadienne

Transports

Environnement