•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Vérif : le Canada a-t-il vraiment atteint 75 % de ses cibles de réduction des GES?

Le reportage de Vincent Maisonneuve

Photo : iStock

Romain Schué

Selon Justin Trudeau, le Canada a atteint les « trois quarts » des cibles fixées par le Canada dans le cadre de l’Accord de Paris. Mais, dans les faits, les émissions de gaz à effet de serre n’ont que légèrement diminué au cours des dernières années.

Le chef libéral a-t-il raison en vantant le bilan écologique de son gouvernement? Ses actions ont-elles fait diminuer les émissions de gaz à effet de serre (GES)? Alors que Justin Trudeau et son équipe se montrent très affirmatifs sur cette question, il y a d’importantes nuances à apporter.

Depuis quatre ans, on s’est rendus aux trois quarts de nos cibles, et dans les 11 ans à venir, le Canada va atteindre et dépasser ces cibles-là.

Justin Trudeau, chef du Parti libéral du Canada, le 24 septembre 2019

Dans les faits, le Canada est encore loin des objectifs qu’il s’est fixés dans le cadre de l’Accord de Paris. En 2015, le Canada s’est engagé (Nouvelle fenêtre) « à réduire les émissions de gaz à effet de serre liées à son économie de 30 % par rapport aux niveaux de 2005, d’ici 2030 ».

Une diminution de 2 % des émissions de GES

Justin Trudeau laisse ainsi entendre que le Canada aurait donc déjà réduit ses émissions de GES, à l’heure actuelle, de 22,5 %, soit les trois quarts de l’objectif de 2030.

Ce qui n’est pas le cas.

Entre 2005 et 2017 (les dernières données disponibles), les émissions de gaz à effet de serre ont bien diminué, mais d’environ 2 % seulement, passant de 730 mégatonnes à 716.

Une diminution par rapport au PIB

En revanche, la production des GES par rapport au PIB a bel et bien diminué de manière significative. Durant cette période, un rapport du gouvernement fédéral (Nouvelle fenêtre) évoque une diminution de 20 %. Pour résumer, cela signifie que les émissions de GES du Canada n’ont pas augmenté au même rythme que son économie.

Une projection des libéraux, et non un fait accompli

En réalité, l’équipe libérale fait référence à des « actions concrètes » qui permettraient de réaliser cette cible pour 2030. Selon un document publié par Environnement Canada (Nouvelle fenêtre) en juin dernier, « ces mesures entraîneront des niveaux historiques de diminution des émissions au Canada ».

Avec ce plan mis de l’avant par le gouvernement Trudeau, il serait donc possible d’atteindre 75 % des cibles de l’Accord de Paris. Il s’agit en réalité d’une projection.

Afin d’atteindre complètement ces cibles, ce rapport fait mention de mesures à réaliser, notamment dans les transports en commun, l’innovation propre et les nouvelles technologies. Justin Trudeau a d'ailleurs promis mardi de même dépasser cet objectif « à l'horizon 2030 ».

Évolution des émissions de gaz à effet de serre entre 2005 et 2017

  • Pétrole et gaz : + 23 %
  • Électricité : - 38 %
  • Transports : + 7 %
  • Total des émissions de GES : - 2 %

En 2017, les secteurs les plus polluants restent le pétrole et le gaz, ainsi que les transports, pour lesquels les émissions ont augmenté depuis 2005, contrairement à celles issues de la production d'électricité.

L'Alberta loin devant l'Ontario

Qu’en est-il des émissions de GES par province?

Historiquement, l’Alberta et l’Ontario sont les provinces émettant le plus de GES. Alors que les émissions en Alberta ont augmenté de 18 % entre 2005 et 2017, celles de l’Ontario ont diminué de 22 % durant cette même période.

La fermeture de centrales électriques alimentées au charbon est à l’origine, principalement, de cette baisse en Ontario.

La hausse en Alberta s'explique de son côté « surtout par l’accroissement des opérations pétrolières et gazières », souligne Environnement Canada.

Au Québec, les émissions de GES ont quant à elles diminué d’environ 10 %.

Avec la collaboration de Nathalie Lemieux et Vincent Maisonneuve

Politique fédérale

Politique