•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des étudiants appellent la classe politique à participer à la marche pour le climat

Des étudiants tiennent une banderole sur laquelle on peut lire « Unis pour le climat ».

Des dizaines d'étudiants se sont réunis sur le campus de l'UQTR pour se joindre au mouvement La planète s'invite à l'université (archives).

Photo : Radio-Canada / Catherine Bouchard

Radio-Canada

Le collectif La planète s’invite à l’université interpelle les élus et les candidats à l’élection fédérale du 21 octobre.

En cette période électorale, les étudiants invitent les représentants de la classe politique à participer à la grande marche pour le climat qui aura lieu ce vendredi.

À Trois-Rivières, la marche débutera aux cubes de l’UQTR (place Gilles-Boulet) vers midi et se terminera au parc Champlain, au centre-ville.

Le collectif réclame des actions concrètes de la part des élus locaux pour lutter contre les changements climatiques, comme l’indique Xavier St-Pierre, militant et étudiant en science de l’éducation.

Ce dernier souhaite que Trois-Rivières investisse davantage dans le transport en commun.

Si on investit plus là-dedans, ça va nous permettre de bien refuser les projets comme GNL Québec et son pipeline qui va passer en Haute-Mauricie. C’est aussi [avec] des projets incompatibles comme ça que c’est une action concrète de dire “on va refuser ça”, explique M. St-Pierre.

Contrairement à mars dernier, où une autre manifestation du genre avait eu lieu, l’UQTR a annulé les cours de 12 h 15 à 15 h pour permettre aux étudiants et aux employés de participer à cette marche.

La jeune militante suédoise Greta Thunberg participera quant à elle à la marche à Montréal.

Front commun universitaire

L’Université du Québec à Trois-Rivières fait d’ailleurs partie d’un regroupement de 10 universités de la province qui ont décidé de se joindre au mouvement mondial des établissements d’enseignement supérieur visant à déclarer l’urgence climatique.

L’Université de Sherbrooke, l’Université Laval, l’Université Bishop’s, l’Université Concordia, l’Université de Montréal, l’Université du Québec à Montréal, Polytechnique Montréal, l’École des technologies supérieures et HEC Montréal sont les autres universités signataires.

Elles s’engagent ainsi à prendre trois engagements, soit d’atteindre la carboneutralité entre 2030 et 2050, de mobiliser davantage de ressources pour la recherche axée sur les mesures pour remédier aux changements climatiques et faciliter le développement de compétence, et d’accroître l’accès à l’éducation relative à l’environnement et au développement durable dans les programmes d’enseignement, sur les campus et dans les programmes de sensibilisation des communautés.

Avec les informations de Camille Carpentier

Mauricie et Centre du Québec

Changements climatiques