•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec face au casse-tête des tarifs de stationnement dans les hôpitaux

Stationnement de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus.

À l'heure actuelle, les frais de stationnement peuvent atteindre 25 $ par jour à Montréal.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Réduire les tarifs de stationnement dans les hôpitaux n'est pas si simple, affirme la ministre de la Santé, Danielle McCann.

La première étape est de trouver l'argent nécessaire pour indemniser les établissements de santé qui plafonneraient les tarifs à un maximum de 10 $ pour 24 heures.

Ensuite, des travaux devront être réalisés pour veiller à ce que les gens qui utilisent ces stationnements à prix réduit se rendent bien dans les centres hospitaliers, a-t-elle soutenu mardi en mêlée de presse à Québec.

Dans le stationnement d'un hôpital, où se trouvent des automobiles, une pancarte indique : « Stationnement payant en tout temps ».

Le prix du stationnement demeure élevé dans les hôpitaux du Québec.

Photo : Radio-Canada

À l'heure actuelle, les frais de stationnement peuvent atteindre 25 $ par jour à Montréal. La Coalition avenir Québec (CAQ) promettait en campagne électorale de rendre le stationnement gratuit pour les deux premières heures et d'instaurer des tarifs allant de 7 $ à 10 $ au maximum par jour dans les établissements de santé.

Le député caquiste de Lévis, François Paradis, aujourd'hui président de l'Assemblée nationale, estimait que le gouvernement libéral profitait du malheur des patients et de leurs proches en maintenant des tarifs élevés.

Dans son dernier budget, le gouvernement Legault ne prévoyait aucun montant pour remplir sa promesse.

Mme McCann répète que l'engagement sera réalisé avant la fin du mandat de la CAQ en 2022. On n'a pas donné de date spécifique, on ne peut pas à ce moment-ci. On doit faire des travaux en termes, évidemment, de budget, dit-elle.

On doit faire des travaux de préparation aussi des stationnements en soi, parce que, quand on va implanter cette nouvelle façon de faire pour les frais de stationnement, il va falloir être sûr que les gens qui utilisent ces stationnements, c'est vraiment les gens qui viennent à l'hôpital ou dans les installations du réseau de la santé et des services sociaux, a-t-elle ajouté.

Mardi, elle a justifié encore plus sa décision de repousser la réalisation de cette promesse phare de la CAQ en affirmant qu'elle a été occupée, depuis un an, à réaliser plusieurs autres engagements.

Lesquels? Bien, écoutez, on a des projets de loi, là, qui s'en viennent, a-t-elle dit. Écoutez, ça prend un certain temps avant de réaliser certains engagements. [...] On a réalisé des ouvertures, par exemple, les infirmières praticiennes spécialisées, c'est la première fois qu'un gouvernement va aller chercher vraiment un déploiement de compétences.

Il faut bien faire les choses, insiste la ministre, en rappelant avoir gelé les tarifs de stationnement dès son arrivée en poste.

Le surplus budgétaire du Québec devrait atteindre cette année 4,3 milliards de dollars, selon l'Institut du Québec, après le versement au Fonds des générations de quelque 3,1 milliards de dollars. Il pourrait même dépasser les 5 milliards de dollars, selon certaines estimations.

Plus tôt ce mois-ci, le premier ministre François Legault a cependant prévenu les Québécois que les milliards de surplus engrangés sont déjà affectés à remplir certaines promesses électorales coûteuses, comme la réduction d'environ de moitié de la taxe scolaire et les allocations familiales, qui ont été bonifiées pour le deuxième et le troisième enfant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !