•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les mosasaures possédaient de puissantes nageoires pectorales

Illustration artistique d'un mosasaure.

Illustration artistique d'un mosasaure, une créature marine qui pouvait atteindre 17 mètres.

Photo : iStock

Alain Labelle

Les mosasaures (Mosasaurinae), ces lézards marins de la fin du Crétacé, possédaient de puissantes nageoires pectorales qui les aidaient à prendre de la vitesse lorsqu’ils chassaient leurs proies qu’ils déchiquetaient ensuite avec leurs puissantes mâchoires, affirment des paléontologues américains de l’université de Californie du Sud.

Apparentés aux serpents actuels et aux lézards, les mosasaures pouvaient atteindre 17 mètres de long.

Nous savions que les mosasaures utilisaient très probablement leur queue pour la locomotion. Maintenant, nous pensons qu'ils utilisaient aussi leurs membres antérieurs.

Kiersten Formoso, étudiante au doctorat en paléontologie des vertébrés à l'Université de Californie du Sud

« Ce double style de nage rend les mosasaures uniques parmi les tétrapodes, les créatures à quatre membres, vivants ou disparus », explique la scientifique.

Le fossile d'une gigantesque créature marine.

Le fossile du plus grand mosasaure connu – surnommé Bruce – a été découvert en 1974 au sud-ouest de Winnipeg.

Photo : La Presse canadienne / JOHN WOODS

En bref

  • Les mosasaures étaient d'importants prédateurs marins du Crétacé supérieur, il y a entre 92 et 66 millions d'années.
  • Les mosasaures présentent une morphologie marine comprenant un corps allongé, des pagaies et des nageoires caudales.
  • Jusqu’à récemment, leurs similitudes morphologiques laissaient à penser qu’ils avaient une locomotion aquatique comparable à celle des baleines. 
  • Les récentes analyses de leur ceinture pectorale exceptionnellement large, qui n’est pas présente chez les baleines, laissent à penser qu'ils utilisaient activement leurs membres antérieurs pour la locomotion aquatique.

D’autres études ont permis d’établir que ces créatures, qui se nourrissaient de poissons, de calmars et d’autres reptiles, avaient une ceinture pectorale exceptionnellement large. Cette partie osseuse du corps permet, chez les tétrapodes, de rattacher les membres antérieurs à la colonne vertébrale.

Jusqu’à aujourd’hui, cependant, les scientifiques pensaient que la nage des mosasaures était principalement guidée par leurs longues queues, un peu à l’image des alligators ou les baleines.

Une nage en brasse adapté aux longues distances par opposition au sprint.

Comme tout ce qui nage ou vole, les lois de la dynamique des fluides montrent que le sprint est un compromis par rapport à à la brasse, et peu d'animaux sont doués pour les deux.

Mike Habib, coauteur et professeur adjoint de sciences anatomiques à l'Université de Californie du Sud

Afin de mieux cerner les habitudes de nage des mosasaures, les auteurs de cette étude (Nouvelle fenêtre) présentée au congrès annuel de la société géologique américaine ont étudié la ceinture pectorale surdimensionnée d’un fossile conservé au musée d’histoire naturelle de Los Angeles. Ils se sont également basés sur des mesures dans d’autres études.

Ils ont ainsi déterminé que la ceinture pectorale basse et surdimensionnée des mosasaures soutenait d’importants points d’attache musculaire. En outre, selon eux, l'asymétrie de la structure osseuse est un signe révélateur d’un phénomène d’adduction, un mouvement de traction vers l'intérieur du corps.

Leurs analyses laissent à penser que les mosasaures utilisaient leurs membres antérieurs pour nager (la brasse), ce qui ajoutait de la puissance à leurs poussées, et donc à leur capacité de nager.

L’équipe américaine a aussi modélisé la structure osseuse et la morphologie de la bête, pour les mettre en relation avec les forces de la dynamique des fluides, comme la traînée, afin d’établir à quelle vitesse elle pouvait nager.

C'est un défi d'étudier la cinématique [branche de la mécanique qui étudie le mouvement indépendamment des forces qui le produisent] d’animaux éteints, considérant que les sujets manquent de chair, de peau et de nombreux os. Mais une chose est presque certaine, les mosasaures ne nageaient comme aucun autre animal.

Kiersten Formoso

Paléontologie

Science