•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une année mouvementée pour les Franco-Ontariens

Une foule avec des pancartes.

La dernière année a été marquée par le mouvement de résistance franco-ontarien contre les coupes dans les services en français du gouvernement Ford.

Photo : La Presse canadienne / PATRICK DOYLE

Charlotte Mondoux-Fournier
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

En ce Jour des Franco-Ontariens, ces derniers ont d'importantes victoires à fêter pour la communauté francophone au cours de la dernière année. Pourtant, 2019 s'annonçait plutôt sombre après les compressions du gouvernement Ford dans les services en français.

Le jeudi 15 novembre 2018, le gouvernement progressiste-conservateur met fin au financement de l’Université de l’Ontario français, citant des défis financiers. Le gouvernement dissout du même coup le Commissariat aux services en français et annonce que le traitement des plaintes passerait sous la responsabilité du bureau de l'ombudsman de la province.

La communauté francophone de l’Ontario surnomme dès lors cette journée le jeudi noir.

Aujourd’hui, on a vu un jeudi noir pour la francophonie! C’est aussi simple que ça.

Une citation de :Carol Jolin, président de l’AFO, le 15 novembre 2018
Le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario, Carol Jolin.

Le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario, Carol Jolin.

Photo : La Presse canadienne / Fred Chartrand

Résistance en action

À la suite des compressions dans les services en français, la communauté francophone aux quatre coins de la province ne tarde pas à se mobiliser. La Résistance est officiellement lancée lorsque l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) appelle les francophones de partout au pays à se rallier contre les compressions dans les services en français.

Le dessin de poing levé vert et blanc de l’illustrateur Marc Keelan-Bishop devient l'emblème de cette résistance franco-ontarienne.

J’étais fâché et blessé et je voulais réconforter les gens pour leur dire qu’on a déjà vécu pire. Le poing en l’air, c’est ce qu’on fait naturellement pour dire non.

Une citation de :Marc Keelan-Bishop, illustrateur, le 25 novembre 2018
Un poing levé devant un drapeau franco-ontarien

L'illustrateur franco-ontarien Marc Keelan-Bishop a créé cette illustration dans le cadre d'une campagne pour exiger la création de l'Université de l'Ontario français, projet annulé jeudi par le gouvernement ontarien.

Photo : Marc Keelan-Bishop

Volte-Face du gouvernement

Le gouvernement Ford rétablit finalement certains services en français, annonçant la création d’un poste de commissaire aux services en français au bureau de l’ombudsman. Il annonce du même coup le retour d’un ministère des Affaires francophones, avec Caroline Mulroney à sa tête.

Mais ces avancées ne sont pas suffisantes, selon plusieurs militants francophones, dont la députée de Prescott-Russell, Amanda Simard qui, après avoir vertement critiqué son parti, annonce qu’elle quitte le caucus conservateur pour siéger comme députée indépendante.

Le maintien et le développement de la vivacité de la francophonie en Ontario, [ce] n’est pas une demande qui devrait être perçue comme démesurée par notre gouvernement.

Une citation de :Amanda Simard, ancienne députée progressiste-conservatrice de Glengarry-Prescott-Russell, le 29 novembre 2018
La députée debout qui parle en chambre.

Amanda Simard, alors qu'elle était toujours députée progressiste-conservatrice de Glengarry-Prescott-Russell

Photo : Chaîne de l'Assemblée législative de l'Ontario

À l’extérieur de la province, des politiciens se joignent à la mêlée, comme le premier ministre québécois nouvellement élu, François Legault, qui souligne l’importance que les Franco-Ontariens aient des services dans leur langue, lors de sa première rencontre officielle avec Doug Ford.

Je n’ai pas aimé que l'on compare les francophones avec les Chinois ou les autres cultures.

Une citation de :François Legault, premier ministre du Québec, le 19 novembre 2018
Photo d'un homme en complet qui se tient devant des microphones.

François Legault répond aux questions des journalistes après sa rencontre avec Doug Ford.

Photo : Radio-Canada / Claudine Brulé

Même si le Commissariat aux services en français ne peut être maintenu et qu’il tombe sous l’égide de l'ombudsman Paul Dubé en mai 2019, le projet d’Université de l’Ontario français est finalement restitué.

Le gouvernement fédéral et la province parviennent à une entente, après de longues négociations. Ottawa s’engage à payer 50% du coût total de l’Université, évalué à 126 millions de dollars, lors des quatre premières années. De son côté, le gouvernement Ford promet qu’il assurera les dépenses pour les années suivantes.

Le président de l’AFO, Carol Jolin, estime que cette entente est la plus grande victoire depuis la lutte pour la sauvegarde de l'hôpital Montfort.

Photo en mosaïque de deux femmes blondes

La ministre ontarienne déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney (à g,), et la ministre fédérale des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly.

Photo : La Presse canadienne / Patrick Doyle/Mark Blinch

Mouvements de masse

Avant la volte-face du gouvernement dans le dossier de la francophonie, le 1er décembre, des milliers de Franco-Ontariens manifestent aux quatre coins de la province devant les bureaux de leurs députés locaux et Queen’s Park. Ils sont imités par d’autres francophones ailleurs au pays, qui se rallient à leur cause.

Bien après les manifestations, une délégation de 150 Franco-Ontariens est également invitée au défilé de la Saint-Jean à Montréal pour la première fois dans l’histoire.

Un immense drapeau verta et blanc

Les Franco-Ontariens ont affiché leurs couleurs au défilé de la Saint-Jean à Montréal.

Photo : Radio-Canada

Ce genre de vague de solidarité d’un océan à l’autre est assez rare au Canada, remarque la politologue Stéphanie Chouinard, qui n’est pas sans rappeler le mouvement SOS Montfort. Selon elle, ces démonstrations sont un indice de l’importance qu’une crise revêt.

Mais la politologue croit aussi que ces mouvements de masse ont été amplifiés par les propos tenus par Denise Bombardier à l’émission Tout le monde en parle, quelques mois plus tôt. Elle y affirmait qu’à travers le Canada, toutes les communautés francophones ont à peu près disparu.

Ça a mis la table pour une discussion plus sérieuse sur la vitalité des francophones au Canada, mais aussi sur la solidarité entre le Québec et la francophonie canadienne.

Une citation de :Stéphanie Chouinard, politologue
Stéphanie Chouinard est professeur adjointe au département de Science politique du Collège militaire royal du Canada.

Stéphanie Chouinard est professeur adjointe au département de Science politique du Collège militaire royal du Canada.

Photo : Radio-Canada

Les mentalités des Ontariens ont aussi évolué, estime-t-elle, au point où ces revirements ont suscité le réveil identitaire de certains francophones.

La dernière année a amené les Franco-Ontariens qui sont peut-être moins démonstratifs vis-à-vis de leur francophonie à prendre un peu plus conscience de leur identité.

Une citation de :Stéphanie Chouinard, politologue

Être Franco-Ontarien, je crois que ça a pris une nouvelle couleur, affirme-t-elle. Le vert est tout d’un coup plus foncé pour plusieurs Franco-Ontariens.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !