•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Congés de maladie dans les foyers de soins : un administrateur soupçonne un moyen de pression

Une préposée aide un résident à se déplacer en fauteuil roulant dans un couloir du foyer de soins.

Un membre du conseil d'administration du foyer Ste-Elizabeth, à Baker Brook, soupçonne que des préposés aux soins prennent des congés de maladie en guise de moyen de pression, mais le syndicat assure que ce n'est pas le cas.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Un administrateur d’un foyer de soins au Nouveau-Brunswick se demande si des employés prennent des congés de maladie pour exercer une pression sur l’employeur, mais le syndicat attribue plutôt la situation à la surcharge de travail.

Des familles, des employés et la direction du foyer Ste-Elizabeth, à Baker Brook, étaient désolés de constater l’absence de plusieurs employés, il y a deux semaines.

En fin de semaine dernière, la situation était à peu près identique à celle qu’il y avait deux semaines passées, c’est-à-dire un manque de personnel, des gens qui sont en congé de maladie, affirme Jean-Pierre Ouellet, membre du conseil d'administration du foyer et maire de la communauté rurale de Haut-Madawaska.

Le conflit entre les employés syndiqués de 46 foyers de soins du Nouveau-Brunswick et le gouvernement dure depuis des mois. La Cour d’appel se penchera bientôt sur une cause liée au droit de grève de ces syndiqués. Entre-temps, leur droit de grève est suspendu.

M. Ouellet se demande si certains syndiqués prennent des congés de maladie en guise de moyen de pression.

On ne le sait pas parce que ces gens-là ont droit quand même à des journées de maladie. Alors, est-ce que c’est un moyen de pression? C’est certain que les employés des foyers de soins, étant donné qu’à l’heure actuelle ils n’ont pas le droit de grève, pour se faire entendre, c’est peut-être un moyen de pression. C’est une supposition que je fais, ce n’est pas une affirmation réelle, explique Jean-Pierre Ouellet.

Absolument pas, réplique le syndicat

Les congés de maladie ne constituent absolument pas un moyen de pression, selon le vice-président du Conseil des syndicats des foyers de soins du Nouveau-Brunswick, Roland Cormier.

Ce n'est pas une tactique de pression, soutient Roland Cormier. Je ne suis certainement pas surpris qu'il y a des gens dans le foyer de soins spécifique dans le haut du Madawaska épuisés physiquement, émotionnellement, psychologiquement. Les gens dans les foyers de soins travaillent d'arrache-pied, dans tous les foyers de soins. Il manque du personnel, quand même que les gens seraient tous là, puis les gens sont fatigués. Avec l’atmosphère des négociations, je suis convaincu que le moral, dans ce foyer de soins et les autres, est un peu bas.

Jean-Pierre Ouellet dit espérer que les parties reprennent les négociations dans l’espoir de conclure une entente équitable pour chacun.

En point de presse à Fredericton, le premier ministre Blaine Higgs a fait savoir que son gouvernement préparait cette semaine de nouvelles offres pour les syndiqués. Il les a toutefois mis en garde : S'ils cherchent à obtenir de grosses augmentations salariales, ils seront déçus.

Le premier ministre estime que les problèmes de recrutement dans les foyers de soins tiennent tout autant aux conditions de travail qu'à des salaires trop bas. Il ajoute que la province n'a pas les moyens d'offrir de fortes augmentations de salaire à une catégorie d'employés en particulier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !