•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Possible grève du zèle des employés de soutien dans les écoles dès lundi

Gros plan sur des pupitres en bois dans une classe.

Une grève du zèle des concierges dans les écoles pourrait perturber le nettoyage des classes, selon le syndicat des employés de soutien.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des milliers de concierges, d'employés de bureau et d'aides-éducateurs qui travaillent dans les écoles en Ontario pourraient faire la grève du zèle à compter de lundi si aucune entente ne survient d'ici là, prévient leur syndicat.

La semaine dernière, 55 000 employés de soutien dans les écoles, qui appartiennent au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), avaient donné un fort mandat de grève à leurs représentants syndicaux.

Le SCFP confirme qu'il donnera mercredi un préavis officiel de grève du zèle à la province, en prévision du début de ce moyen de pression lundi prochain.

Selon le syndicat, l'écart est toujours « très grand » entre les parties, malgré une récente session de négociations en présence d'un médiateur.

De son côté, le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, presse le SCFP de revenir à la table des négociations.

Notre gouvernement demeure résolu à ce que les enfants restent en classe et il est déterminé à conclure une entente qui apporte prévisibilité et certitude aux élèves et aux parents.

Stephen Lecce, ministre de l'Éducation

Pour sa part, Laura Walton, une représentante du SCFP et présidente du Conseil des syndicats des conseils scolaires de l'Ontario, accuse le ministre Lecce et le gouvernement Ford de tenir un double discours, affirmant publiquement qu'ils cherchent à conclure une entente rapidement, mais tout en exigeant des concessions importantes de la part des employés à la table de négociations.

Ça vaut la peine de se battre, affirme-t-elle.

Parmi les points en litige : la sécurité d'emploi.

D'après Mme Walton, l'élimination du déficit provincial ne devrait pas se faire aux dépens des membres du SCFP. Ce sont des employés qui gagnent en moyenne 38 000 $ par année, ce ne sont pas eux qui ont causé le déficit, dit-elle.

Elle admet que la grève du zèle risque de perturber le nettoyage des écoles, notamment, et qu'il pourrait y avoir des « corridors sales » durant ces moyens de pression.

Ces syndiqués avaient aussi fait la grève du zèle en 2015.

Précisons que certains employés de soutien dans les écoles ontariennes sont plutôt représentés par la Fédération des enseignantes-enseignants des écoles secondaires de l'Ontario.

Rien de signé avec les enseignants

Aucun des syndicats représentant les enseignants en Ontario n'a conclu d'entente de principe avec la province jusqu'à maintenant.

Les conventions collectives de ces syndiqués sont échues depuis le 31 août.

Une version précédente de cet article laissait entendre que la grève serait déclenchée dès lundi. Or, le syndicat a depuis précisé que la grève du zèle serait effective uniquement si aucune entente n'était signée d'ici le début de la semaine.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !