•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des agriculteurs voient leurs récoltes tomber à l’eau

Des agriculteurs manitobains ont perdu une partie de leur production à cause des fortes pluies tombées le week-end dernier

Radio-Canada

Des agriculteurs manitobains ont perdu une partie de leur production à cause des fortes pluies tombées le week-end dernier. Ils livrent une course contre la montre pour achever leurs récoltes, avant que le froid et les précipitations n’endommagent ce qui reste de leurs plants.

C’est tellement gratifiant de mettre les récoltes dans nos silos. Ne pas pouvoir le faire est extrêmement frustrant, dit Bill Campbell, un agriculteur dont la ferme est à 50 km de Brandon.

On est au dernier virage, on arrive à la ligne d'arrivée, on est tellement proche, ajoute le fermier de quatrième génération.

Dans sa ferme, Bill Campbell produit du blé, de l’orge, de l'avoine, du maïs et des pois. Cette année, il estime que la production aurait dû être la meilleure que la ferme ait jamais connue.

Le fermier craint de voir l’état des 32 hectares de blé qui lui restent à récolter cet automne. Une partie de ses plants de céréales a déjà été endommagée.

Avant même envisager d'utiliser sa moissonneuse-batteuse, il explique qu’il faudrait au moins 10 jours de beau temps pour assécher les plants.

Une situation sans amélioration

Dans d’autres zones plus proches de Brandon, ou encore à Steinbach, les dégâts sont encore pires, dit Bill Campbell. Certaines fermes à Souris ont reçu entre 13 et 18 cm de pluie le week-end dernier.

Des fermiers envisagent de déposer des réclamations pour les dégâts causés par la grêle.

Pour Bill Campbell, la récolte doit être effectuée maintenant ou jamais. Devant les prévisions météorologiques peu clémentes de mardi et de jeudi, Bill Campbell doute que la situation s’améliore sous peu.

J’ai vu une dégradation des récoltes, de la moisissure, on a perdu en quantité et en qualité. Le canola était dans le champ assez longtemps, il doit être récolté. Le blé a déjà germé.

Bill Campbell, agriculteur

Ma crainte, c’est le froid qui arrive, ajoute-t-il. Aucun produit ne va sécher en octobre avec des températures inférieures à 10 degrés Celsius.

Le fermier estime à 2 milliards de dollars la valeur des plants qui doivent encore être récoltés dans la province.

Si les fermiers sont dans l’impossibilité de payer leurs factures, ils n’auront pas d’argent à réinvestir dans leurs fermes.

La situation pourra ainsi se prolonger à plus long terme et avoir un effet domino. Les agriculteurs auront moins d'argent à dépenser à Noël, et cela pourrait avoir un impact sur la possibilité que leurs enfants aillent à l'université.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Agriculture