•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de tentative de manipulation de l'électorat sur Twitter, jusqu'à présent

Un logo de Twitter tombe dans un hachoir à viande. Il devient des « j'aime » sur Facebook.

Un tweet est devenu la matière première d'une fausse nouvelle sur Facebook.

Photo : Radio-Canada / Sophie Leclerc

La Presse canadienne

Malgré beaucoup de conversations très polarisées, Twitter a déclaré qu'elle n'avait pas noté de tentatives de désinformation ou de manipulation à grande échelle depuis le début de la campagne électorale canadienne.

L’entreprise a modifié ses politiques en matière d'intégrité des élections et de détection de la désinformation.

Elle a changé de plein gré certains de ses règlements, mais  a aussi dû s'adapter à certaines lois électorales canadiennes.

Le réseau social tente de s'assurer qu'il n'y ait pas d'informations fausses ou trompeuses sur la façon de prendre part à l'élection, par exemple au sujet de la date ou de l'heure annoncée du scrutin.

Des déclarations inexactes concernant un élu, un candidat ou un parti politique ne constituent pas des violations de la politique de Twitter, mais des affirmations trompeuses concernant de longues files d'attente ou des problèmes d'équipement sur les lieux de vote seraient considérés comme des violations aux règlements.

Notre dossier Élections Canada 2019

Fausses nouvelles

Politique