•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 60 Rouynorandiens manifestent leur désaccord face au projet de Gazoduq

La salle du conseil municipal de Rouyn-Noranda est remplie à pleine capacité.

Entre 60 et 70 citoyens sont venus demander aux élus de ne pas soutenir le projet de gazoduc, présenté par l'entreprise Gazoduq,

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

Radio-Canada

La Coalition Anti-Pipeline de Rouyn-Noranda a fait un passage remarqué lundi soir à la séance du conseil municipal de Rouyn-Noranda.

Entre 60 et 70 citoyens sont venus demander aux élus de ne pas soutenir le projet de gazoduc, présenté par l'entreprise Gazoduq.

Ce pipeline doit traverser la région d'ouest en est dans le but d'acheminer du gaz naturel jusqu'à une usine de Saguenay.

Si la Ville s'oppose, nous serons là pour les supporter là-dedans.

Marie-Ève Sigouin, porte-parole de la Coalition Anti-Pipeline de Rouyn-Noranda

Pour l'instant, la Ville ne s'est pas encore prononcée officiellement sur ce projet.

La porte-parole de la Coalition Anti-Pipeline de Rouyn-Noranda, Marie-Ève Sigouin, n'est pas surprise de voir que les élus n'ont pas encore choisi leur camp.

Selon elle, il est important que le conseil recueille le plus d'informations possible avant de prendre une décision.

Ça s'est très bien déroulé ce soir, on voulait démontrer notre opposition ce soir dans le calme. On n’est pas obligé de le crier, mais l'essentiel était de dire aux élus que non, le gazoduc, ça ne passe pas , mentionne Mme Sigouin.

Les élus ne sont pas tous en accord

Tout en remerciant les personnes présentes, la mairesse de Rouyn-Noranda, Diane Dallaire, a répondu que le sujet du pipeline divise les élus également.

Le conseil est représentatif de la population alors, en toute transparence, le sujet divise également et il y a plusieurs opinions autour de la table, confirme-t-elle.

Nous étions déjà divisés avant l'annonce des montants d'argent. Ça n'a rien changé, mais nous aurons une décision difficile à prendre, convient la mairesse.

Elle assure que le conseil municipal poursuit sa collecte d'informations dans le but de prendre une décision « éclairée.»

Nous nous engageons de rapporter ce sujet auprès des candidats fédéraux et nous allons poursuivre nos démarches afin d'obtenir plus d'informations, signale également Diane Dallaire.

Questionnée sur l'impact que peut avoir la Ville sur le projet, advenant le cas où les élus ne supporteraient pas le projet, Diane Dallaire s'est montrée claire. Elle ne peut pas empêcher Gazoduq de développer son projet. Nous pourrions faire des pressions politiques, ajoute-t-elle cependant.

La mairesse mentionne également qu'aucune date butoir n'a été fixée pour que les élus se positionnent sur le dossier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Industrie pétrolière