•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une coalition veut rendre les plaines LeBreton à la communauté

Les terrains vacants des plaines LeBreton

Les plaines LeBreton avec le centre-ville d'Ottawa en arrière plan

Photo : Radio-Canada / Kate Porter

Logements sociaux, services communautaires, verdissement : le développement des plaines Lebreton devra refléter les besoins de la communauté, croient 21 organismes d’Ottawa. Réunis sous une nouvelle coalition lancée lundi, ils demandent à la Commission de la capitale nationale (CCN) de signer un contrat en ce sens.

Si les futurs promoteurs n’ont pas des contraintes précises dictées par les résidents d’Ottawa, les plaines LeBreton pourraient ne devenir qu’un complexe sorti de l’imagination du secteur privé, croit Céline Carrière, membre du comité directeur de la Coalition des avantages à la collectivité des plaines LeBreton.

C'est un peu ce qui serait arrivé, selon elle, dans le cas du projet Rendez-vous LeBreton — appuyé notamment par le propriétaire des Sénateurs d'Ottawa —, qui a finalement échoué en raison d'un conflit entre les partenaires du projet.

On risque de se retrouver avec un plan qui va permettre des profits pour les grandes compagnies et qui va loger seulement les gens qui ont de grands moyens, a dit Mme Carrière en conférence de presse. Elle est aussi présidente du comité directeur du Réseau logement social d’Ottawa.

Catherine McKenney, Céline Carrière et George Brown et Joel Harden en conférence de presse.

De gauche à droite, la conseiller Catherine McKenney, Céline Carrière et George Brown, membres du comité directeur de la Coalition des avantages à la collectivité des plaines Le Breton, et Joel Harden, député provincial d'Ottawa Centre.

Photo : Radio-Canada / Roxane Léouzon

La solution, selon la Coalition, est que la CCN, qui gère les terrains, signe dès maintenant un « accord d’avantages pour les collectivités » (en anglais Community Benefits Agreement), un type d’engagement cadrant de plus en plus de projets de développement dans plusieurs villes canadiennes et américaines.

Des objectifs clairs et mesurables y seraient consignés, par exemple le pourcentage de logement social ou d’espaces verts qui doivent s’y retrouver. Un tel document permettrait à la CCN, dans ses discussions avec les promoteurs, de montrer qu’ils sont liés légalement aux demandes de la communauté.

Des projets à caractère social

La Coalition envisage aussi la possibilité qu'une partie du terrain soit acquise sous forme de fiducie foncière, afin qu'elle soit totalement dédiée à des projets sociaux et communautaires.

Afin de préciser ses demandes — qui concerneront aussi l'accessibilité, la présence autochtone, l'emploi, le transport et le développement durable —, la Coalition a tenu lundi des ateliers avec des représentants des organismes membres. Ce travail doit encore être terminé.

La conseillère municipale pour le quartier Somerset, Catherine McKenney, et le député provincial Joel Harden, ont exprimé lundi leur soutien à un tel accord.

Mme Carrière souhaite commencer les négociations avec la CCN le mois prochain. La CCN, elle, a précisé qu’une rencontre et une présentation avaient eu lieu en août avec la Coalition.

Nous entendons poursuivre ce dialogue au fur et à mesure que ce processus avance.

Katie Paris, directrice du développement immobilier majeur à la CCN

Nous constatons une orientation commune entre les principes directeurs de la CCN pour le projet Bâtir LeBreton et les intérêts de la Coalition des avantages à la collectivité, a indiqué par courriel Katie Paris, directrice du développement immobilier majeur à la CCN.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !