•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Se présenter candidat sous un nom d'emprunt

Le Marquis de Marmalade sourit devant sa pancarte électorale.

Le Marquis de Marmalade a si peu de budget qu’il a lui-même fait le graphisme de sa seule pancarte électorale.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Jimmy Chabot

Le Marquis de Marmalade, c’est un nom que les électeurs de la circonscription d’Algoma-Manitoulin-Kapuskasing verront sur leur bulletin de vote le 21 octobre.

Éric Ayora a décidé de tenter sa chance en politique.

Mais sur les bulletins de vote, les électeurs le reconnaîtront sous le pseudonyme de Marquis de Marmalade.

Ma personnalité politique, c’est comme à la lutte de la World Wrestling Federation, une affaire drôle et scriptée.

Le Marquis de Marmalade

Dan Lallier, un électeur de Kapuskasing, croit qu’Éric Ayora devrait utiliser son vrai nom pour faire campagne.

Dan Lallier parle avec le journaliste Jimmy Chabot.

Dan Lallier répondait aux questions du Fureteur nord-ontarien dans un vox pop au centre-ville de Kapuskasing.

Photo : Radio-Canada

Ce n’est pas un cirque, c’est une élection, dit-il.

La politique en général est pas mal malade, et j’en ai marre, assez marre de la politique malade, dit Éric Ayora.

Le politicien pose devant une bécosse avec une ventouse à toilette dans la main gauche.

Le Marquis de Marmalade devant son bureau de campagne; un cabinet d’aisances.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

C’est ainsi qu’il justifie le choix de son pseudonyme : Le Marquis de Marmalade.

Le Parti rhinocéros m’a donné l’inspiration, ils aiment bien l’humour et ça manque beaucoup à la politique actuelle.

Le Marquis de Marmalade
Notre dossier Élections Canada 2019

Mais que dit la loi électorale au sujet des noms d'emprunt?

Élections Canada permet l'utilisation de tels noms, mais il incombe aux candidats de prouver qu'ils sont connus sous ce pseudonyme. Les aspirants députés doivent attester leur vraie identité à l'aide d'une preuve d'identité valide. Dans le cas de noms d'emprunt, deux pièces d'identité autorisées par le directeur général des élections sont requises.

Ils doivent aussi présenter au moins deux pièces d'identité d'une liste de documents autorisés par le directeur du scrutin. Ils doivent aussi présenter des documents qui sont datés d'avant le déclenchement de l'élection qui portent ce pseudonyme ou le nom qu'ils veulent utiliser sur le bulletin de vote.

Natasha Gauthier, conseillère principale des relations avec les médias, Élections Canada

Le candidat doit également soumettre un document d'un tiers qui le connaît et qui atteste son identité. Ces conditions sont inscrites dans la Loi électorale du Canada.

Quelques promesses du Marquis de Marmalade

  • Programme public de partage de motoneiges et de véhicules utilitaires autoquads biplaces (side by side vehicle)
  • Transférer le Sénat à Moonbeam
  • Les marmottes devront posséder un permis avant de creuser

Présence plutôt discrète

Au cours des 40 jours de la campagne électorale, le candidat du Parti rhinocéros prévoit passer moins de 48 heures dans sa circonscription. Il a une seule affiche électorale.

Le Marquis de Marmalade en entrevue.

Le Marquis de Marmalade lors d'une de ses rares visites dans la circonscription pendant la campagne électorale.

Photo : Radio-Canada

Le candidat âgé de 55 ans est propriétaire d’une maison à Val-Rita, en banlieue de Kapuskasing, mais travaille comme graphiste 10 mois par année à Toronto.

Mon nom, mon affiche et mon humour sont assez pour convaincre les électeurs de voter Rhinocéros.

Le Marquis de Marmalade, candidat du Parti rhinocéros

Le temps que j’ai passé ici, ce n’est pas grave, ma représentation est valide quand même, ajoute le natif de Decazeville, en France, et qui a grandi à Kapuskasing.

Nord de l'Ontario

Élections fédérales